Envoi de danseurs à Dubaï: le Te Nati FNP défend l’intégrité de notre culture

Le Te Nati FNP (soutien de Marine Le Pen) prend position dans « l’affaire politico-culturelle » visant à faire partir à Dubaï, en pleine période du Heiva, un groupe de plusieurs centaines de danseurs.

 
Un groupe de trois cents personnes, dont deux cents danseurs est programmé pour des représentations à Dubaï en plein Heiva. On peut se demander par quel biais cette demande a été formulée pour obtenir les autorisations de délester nos groupes de danse à leur unique profit.
 
À quels impératifs les autorités de Dubaï doivent-elles faire face pour exiger à domicile des représentations en juillet, en pleine période de Heiva, alors que les entraînements des groupes ont déjà commencé ?
 
Pourquoi aucune autre contre-proposition n’a-t-elle été faite pour toute autre date du second semestre ? Ne pouvons-nous pas nous donner les moyens d’imposer nos propres conditions puisque ce sont eux les demandeurs ? Qu’ont-ils promis ?
 
Là sont les vraies questions. Cette situation n’est pas sans rappeler notre « à-plat-ventriste » N. Sarkozy devant ses maîtres qataris.
 
N’oublions pas que leur religio-culture interdit musique, chants et costumes dénudés qu’ils ne se gênent pas de réprimer outrageusement, au mépris des Droits de l’Homme que nous avons si souvent peur de leur opposer frontalement. Quel est leur but ? Sinon de chercher une ouverture possible dans notre culture pour s’y immiscer.
 
Gardons toujours à l’esprit l’histoire du pseudo imam de banlieue parisienne venu en tête de pont, avec des capitaux de provenance inconnue, mais vraisemblablement de la péninsule arabique pour construire une mosquée et lancer sa religion sous couvert de la loi associative de 1901 qui précise très justement que les religions n’entrent pas dans cette catégorie.
 
Rappelons-nous que Marine a été la seule à refuser de porter le voile de courtoisie lors de son voyage protocolaire au Liban.
 
Nos représentants n’ont-ils donc pas la même force de caractère pour s’opposer aux desiderata de gens qui semblent persuadés que l’argent ouvre toutes les portes et honneurs ? L’esprit Maohi nous semble un peu mis à mal.
 
Il s’agit là d’une affaire politique et presque d’État impliquant l’intégrité de notre culture locale. Tout n’est pas permis, quand bien même certains diraient qu’il s’agit d’affaires privées. Désolé d’affirmer que la culture locale ne relève pas du privé, notre culture a atteint ce niveau de notoriété parce qu’elle est soutenue par un ministère et un ensemble d’associations qui s’efforcent la promouvoir par tous les moyens. Ses acteurs leur sont donc hautement redevables.
 
Notre population, friande de ce concours annuel n’a pas à être lésée au profit de gens qui sont loin de mériter l’implication et l’abnégation totale de nos danseurs et musiciens.
 
Le Te Nati FNP se positionnera toujours pour défendre te a’a porinetia. Imposons nos propres dates et restons maîtres de nos décisions dans le pur esprit Maohi.
Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close