Epidémie de chikungunya: la Calédonie se prépare au pire

Malgré le dispositif de surveillance installé à l’aéroport de la Tontouta, le Caillou fait les frais de l’expansion inexorable de l’épidémie de chikungunya qui affecte la Polynésie française.

 

Voilà des « échanges » dont nos voisins calédoniens se seraient bien passés! A plus forte raison en cette période de vacances scolaires et d’insouciance pour cause de fêtes de fin d’année.

Alors que l’épidémie de chikungunya continue ses ravages au fenua depuis bientôt trois mois, totalisant plus de 51 000 personnes infectées (soit environ 1/5 de la population), le moustique responsable semble en quête de nouveaux horizons. Au point de rendre suspects tous les passagers débarquant des vols Aircalins qui relient les deux collectivités françaises du Pacifique à raison d’un vol hebdomadaire.

Pour l’heure, il n’y a certes pas péril en la demeure! Seuls trente-cinq cas ont été signalés dont trois « autochtone » mais « un risque épidémique majeur » n’est pas à écarter, estiment les professionnels de santé dans l’archipel. D’autant que le nord de l’île n’est pas épargné, a t-on appris dimanche soir dans une correspondance de Calédonie 1ère.

En attendant, les même messages de prudence et de sensibilisation sont distillés parmi la population afin d’éviter le pire.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close