Ericka Bareigts, au coeur des traditions et de la modernité

A l’invitation de Michel Buillard, maire de Papeete, la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, est d’abord allée à la rencontre des artisans et des commerçants du marché de Papeete. Par leur travail, ils contribuent chaque jour à créer des richesses et font vivre la culture polynésienne.

Puis, une visite des sites de la société de Transport d’Energie électrique en Polynésie a été organisée. Lors de ce déplacement, la ministre des Outre-mer a assisté à la présentation du projet de « bouclage 90 000 volts » du réseau électrique haute tension qui fait le tour de l’île de Tahiti. La TEP a pour objectif de renforcer et de sécuriser l’alimentation de la zone urbaine de Papeete, de raccorder les centrales hydroélectriques de la vallée de Papeiha et enfin de désenclaver la côte Est où aucun réseau électrique haute tension n’existe.

La création de la liaison entre Papenoo et Faatautia est l’un des sous-projets du « bouclage du réseau 90 000 Volts » de transport d’électricité de la TEP sur l’ile de Tahiti. Il consiste à réaliser des tranchées souterraines sur 22 km afin de faire passer des câbles haute tension.

Deux phases de ce chantier bénéficient d’un cofinancement de l’Etat : 600 millions de Fcfp, en 2017, via le Contrat de projets pour la liaison Papenoo et Faatautia, et 238 millions de Fcfp, en 2015, sur le Fonds exceptionnel d’investissement (FEI). Préalable à la Transition Energétique, cette démarche contribue à la relance économique avec plus de 80 % des sommes qui sont injectées dans des entreprises locales et avec la création d’une centaine d’emplois.

Par ailleurs, la ministre s’est rendu le site de Tahiti Nui Telecom à Papenoo. L’occasion de rappeler que le gouvernement de Polynésie française a souhaité engager, avec le soutien financier de l’État, un vaste chantier de modernisation du réseau numérique. Cela a pour conséquence le déploiement d’une architecture de type « Fiber To The Home » (FTTH) pour 1.5 milliards de Fcfp (dont 500 millions financés par l’État, soit 33%) ; mais également des études relatives à la construction d’un câble sous-marin vers les Marquises et les Tuamotu pour 240 millions de Fcfp (dont 120 millions de Fcfp financés par l’État, soit 50%) ; et enfin, l’élaboration du schéma directeur d’aménagement numérique pour 10 millions de Fcfp (cofinancés par l’État et la Caisse des dépôts à hauteur de 66% du total).

L’État soutient le développement numérique de la Polynésie française principalement via le Fonds exceptionnel d’investissement (620 millions de Fcfp depuis sa mise en place dont 500 millions de Fcfp pour le « Fiber To The Home » (FFTH) et 120 millions de Fcfp pour les études du câble).

Les chantiers numériques outre la période de travaux très bénéfique pour les entreprises polynésiennes par l’emploi de 60% du budget en faveur de la main d’œuvre locale augmentent significativement la compétitivité de l’économie du Fenua au profit de tous. Grâce à l’élaboration de son schéma directeur d’aménagement numérique, la Polynésie française dispose désormais d’un cadre stratégique offrant une visibilité sur les prochains déploiements. Les besoins sont conséquents et constituent un enjeu important pour le développement de la Polynésie française.

Source: communiqués du haussariat

 

 

 

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close