Essais nucléaires: l’UPLD parle de « génocide sanitaire à l’encontre des Polynésiens »

Les cadres de l’Union pour la Démocratie (UPLD), regroupés sous la conduite d’Oscar Temaru, ont tenu une conférence de presse ce vendredi matin à l’assemblée de la Polynésie française, pour rendre compte de leur déplacement, début octobre, à l’ONU-New York.

Dans un document de huit pages transmis aux médias, la délégation soutient tout d’abord, en réponse au discours prononcé par le président du Pays, Edouard Fritch, que celui-ci « fait le jeu de la puissance administrante au détriment des Polynésiens victimes des essais nucléaires français, et s’oppose ainsi à l’expression de la Vérité devant la communauté internationale ». Elle va même jusqu’à lui reprocher d’avoir employé le terme de « peuple polynésien » alors même que depuis la réforme constitutionnelle de 2003, il est plutôt fait référence aux « populations d’outre-mer ».

En seconde partie, les représentants du parti indépendantiste se sont livrés à une petite analyse des interventions des pétitionnaires et autres. Histoire de bien enfoncer le clou…Il faut dire que les messages ont été délivrés pour la plupart en anglais, dans un temps limité (3min), ce qui n’a pas permis à tous les orateurs d’aller jusqu’au bout de leur propos. Parmi les sujets abordés, l’immigration, considérée ici comme « une politique d’assimilation coloniale » ou encore, un régime de protection de l’emploi local qualifié « de façade ».

Quant aux conséquences sanitaires des essais nucléaires, ce qui constitue plus que jamais son fond de commerce, la délégation affirme que « le nombre de pathologies diverses occasionnées sur les Polynésiens par lesdits essais est juste impressionnant et ne laisse plus aucun doute sur leur causalité. Des interrogations scientifiques émergent désormais sur la transmissibilité intergénérationnelle desdites pathologies vers les descendants des premières victimes des essais nucléaires français (…) Face à un tel constat sanitaire, il est permis d’envisager (…) l’usage de l’expression « génocide sanitaire » à l’encontre des Polynésiens. »

Photo: UPLD

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close