Ezekiela Tchong Tai, lauréat du concours littéraire « John Taroanui Doom »

 

Le président Edouard Fritch et le ministre de la Culture en charge de la promotion des langues, Heremoana Maamaatuaiahutapu, ont participé mardi matin, dans les bureaux de l’Académie Tahitienne, à la remise des prix du concours littéraire « John Taroanui Doom ».

Le premier concours littéraire en tahitien, nommé « Prix de l’Académie » a été lancé en 1976, puis renouvelé tous les ans jusqu’en 1989. En 2000, le concours a été relancé et appelé « Prix du Président », jusqu’en 2003. Le 28 novembre 2016, le concours a été à nouveau relancé sous l’impulsion du gouvernement d’Edouard Fritch.

Quelques semaines auparavant, après s’être rendu au chevet de l’ancien directeur du Fare Vāna’a, le président du Pays a en effet décidé de lui faire honneur pour son investissement au sein de cette institution culturelle, en nommant désormais le concours littéraire de l’Académie Tahitienne « John Taroanui Doom ».

Sur les vingt-six vœux de participation au concours, onze œuvres littéraires ont été déposées dans les délais. Lors de la séance du 17 novembre dernier, les immortels/académiciens se sont organisés pour la lecture des œuvres reçues et se sont mis d’accord sur les finalistes.

Les lauréats du concours « John Taroanui Doom 2017 » sont les suivants :

Dans la catégorie « adulte », pour laquelle une œuvre de 80 pages minimum devait être présentée :

  • Le 1er prix, récompensé à hauteur de 600 000 Fcfp, a été décerné à Ezekiela Tchong Tai. Son œuvre s’intitule Te ’A’Ai No Te Mau Rimarima O Tia’Itau.

  • Le 2ème prix, récompensé à hauteur de 300 000 Fcfp, a été remis à Juanito Burns pour son ouvrage qui s’intitule Hiapu.

  • Le 3ème prix, récompensé à hauteur de 150 000 Fcfp, a été attribué à Georges Estall. Son manuscrit a pour titre Tō’u Tupuna, tā’u mo’otua.

Ludmilla Chin Meun a reçu, par ailleurs, un prix d’encouragement, d’un montant de 75 000 Fcfp, pour son travail ’A he’e noa ai te tau.

Dans la catégorie « jeune », pour laquelle l’ouvrage présenté devait compter quinze pages minimum .

  • Le 1er prix, récompensé à hauteur de 200 000 Fcfp, a été décerné à Sabrina Tapotofarerani. Son œuvre s’intitule Hia’ai.

  • Le second prix, d’un montant de 100 000 Fcfp, a été remporté par Mohea Dehors. Son manuscrit s’intitule Te pāpa’i e tōna mana.

Tiarenui Utia a reçu le 3ème prix, récompensé à hauteur de 50 000 Fcfp, pour Te papa fare tara to’a.

Le président du Pays et le ministre de la Culture ont chaleureusement félicité tous les talentueux et courageux candidats qui ont participé à cette édition. Ils ont émis le souhait que ce concours soit maintenu et encouragent ainsi les futurs candidats à continuer à promouvoir nos si belles langues.

Communiqué du gouvernement

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close