Face à Poutine, Hollande écartelé entre l’opposition et les États-Unis

DIPLOMATIE – Après Barack Obama à Washington, le président français François Hollande poursuit ce mercredi son marathon diplomatique en recevant à Paris la chancelière allemande Angela Merkel. Au menu des discussions: la crise des migrants et la sécurisation des frontières extérieures de l’Union européenne au moment où les accords de Schengen battent de l’aile. Outre cette initiative franco-allemande très attendue, la Chancelière devrait également confirmer l’envoi de 650 soldats allemands supplémentaires au Mali afin de soulager la France engagée en Syrie contre l’EI.

Une fois n’est pas coutume, ce n’est pourtant pas à Berlin mais à Moscou que François Hollande est particulièrement attendu. Depuis son revirement stratégique au lendemain des attentats du 13 novembre, François Hollande concentre tous ses efforts diplomatiques pour constituer une grande coalition anti-Etat islamique, allant des Etats-Unis à la Russie. Un effort qui se heurte aux ambiguités de Moscou comme aux réticences de Washington. Les Etats-Unis et la France reprochent encore et toujours à la Russie d’avoir concentré ses frappes sur l’opposition modérée syrienne plutôt que sur les positions de l’EI. Une manière de soutenir le président Bachar al Assad, allié de Poutine mais dont les Occidentaux réclament le départ.

Pour tenter de mettre tout le monde d’accord, François Hollande accepte désormais de reporter à plus tard la question du départ du dictateur syrien tout en exigeant que Vladimir Poutine s’engage à ne plus frapper les rebelles de l’opposition.

Moscou donne des gages de sa bonne volonté

C’est justement pour évaluer le degré d’engagement du président russe que François Hollande se rend ce jeudi au Kremlin. Pour l’heure, la Russie n’a cessé d’afficher sa volonté de participer à cette coalition unique, et ce malgré le grave incident diplomatique qui l’oppose depuis mardi à la Turquie, allié historique des Etats-Unis.

« Nous sommes prêts à… Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Face à Poutine, Hollande écartelé entre l’opposition et les États-Unis
Source: Yahoo Politique

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close