Faire en sorte que le professionnalisme égale la beauté de nos îles…

Le deuxième Forum des Formations et Métiers du tourisme s’est ouvert officiellement ce mardi matin dans le hall « René Leboucher » de l’assemblée de la Polynésie française.

Informer, guider et conforter des orientations professionnelles nobles, c’est en quelque sorte l’objet principal de cet événement dont la cheville ouvrière n’est autre que la représentante à l’APF, Nicole Bouteau, présidente de la commission législative dédiée au secteur.img_0501img_0502

De nombreuses personnalités du Pays, au premier rang desquelles figuraient le président de l’institution, Marcel Tuihani, mais également le ministre du tourisme, Jean-Christophe Bouissou, ses collègues de la culture (Heremoana Maamaatuaiahutapu) et de l’éducation (Nicole Sanquer) ont unanimement salué l’initiative à laquelle participent de nombreux partenaires privés et services publics du Pays.

img_0499 Une chose est sûre: tous sont convaincus que le tourisme a de l’avenir devant lui et donc, qu’il n’a pas atteint ses limites, comme l’a rappelé le président de l’APF dans son allocution de bienvenue. A la condition naturellement que le professionnalisme soit en mesure d’égaler la beauté de nos îles, tout en faisant « vivre le mythe de l’accueil polynésien » a t-il souligné.

Après lui, c’est le ministre du tourisme qui s’est félicité de la « symbiose » obtenue autour de cet événement entre toutes les parties prenantes, qu’il s’agisse du gouvernement, de l’assemblée ou des exposants. Jean-Christophe Bouissou a exprimé toute sa confiance vis-à-vis du nouveau positionnement stratégique adopté, à savoir: mettre en valeur notre authenticité, notre culture et sa population. Mais au delà, il a vanté l’action interministérielle et appelé de ses voeux que la sensibilisation au tourisme commence à l’école.En attendant, les chiffres de la fréquentation touristique sont en augmentation depuis le début de l’année et cela va continuer, a assuré J.C Bouissou.

Enfin, le parrain désigné de ce deuxième Forum, Tuarii Tracqui, a fait part de sa joie d’être présent. Artiste complet et danseur accompli, il revient tout juste du Heiva i Paris avec une conviction, celle de dire que « oui, il est possible de vivre de sa culture ».img_0498

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close