Ferme aquacole de Hao: le chantier lancé en début d’année prochaine

C’est tout au moins le voeu formulé par le ministre de la relance économique, Teva Rohfritsch, désormais en charge de ce dossier.

Un an et demi après la pose de la première pierre (cf illustration), le projet de ferme aquacole mené par un investisseur chinois, prend une tournure décisive. En effet, le service de l’Urbanisme vient de délivrer ces jours-ci le troisième et dernier permis de construire nécessaire au coup d’envoi des travaux de cet impressionnant complexe d’un montant global d’environ 100 milliards de Fcfp.

2015-05-06 PREMIERE PIERRE HAO AQUACOLE 5

Invité mardi soir sur le plateau du journal de TNTV, le numéro 3 du gouvernement Fritch s’est montré enthousiaste à l’idée de reprendre ce dossier dans sa phase opérationnelle et ce, dans le prolongement des travaux engagés par les équipes de la Présidence et du ministère de l’Equipement.

La tâche est énorme!

L’investisseur va devoir sélectionner au plus vite les entreprises du BTP. Premier coup de pioche espéré aussitôt après le Jour de l’an chinois. Tout un symbole…Mais il va également falloir former les hommes. Raison pour laquelle Teva Rohfritsch a prévu d’accompagner à Shangaï la dizaine d’étudiants polynésiens triés sur le volet avec pour mission d’acquérir le savoir-faire chinois dans le domaine de l’aquaculture. Et le ministre d’espérer que se réalise « un transfert de technologie » pour qu’à terme une majorité de cadres  en poste à Hao soit d’origine polynésienne.

Rappelons qu’en terme de création d’emplois, ce projet gouvernemental a des retombées importantes puisque l’on estime entre 300 et 400 le nombre de personnes sur site durant les travaux, puis 500 au moment de l’exploitation.

Enfin, le ministre de l’Economie s’est dit plutôt confiant dans les assurances qu’il avait reçues en matière de préservation de l’environnement. Et pour cause, l’investisseur n’aurait aucun intérêt à engloutir autant d’argent si la qualité du produit fini était suspecte. Il s’est également félicité que l’Etat ait tenu ses engagements dans l’action (en cours) de dépollution de l’ancienne base arrière des expérimentations nucléaires françaises.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close