Ferme aquacole de Hao: les enjeux et défis à relever

A la veille de la cérémonie d’inauguration du site de la ferme aquacole à Hao programmée demain, mardi 5 mai, le conseil des ministres a fait un point d’avancement du projet.

L’objectif stratégique de reconversion de l’atoll de Hao est de devenir un pôle de développement pour les Tuamotu-Est et les Gambier. La ferme aquacole va y contribuer largement.

La société par actions simplifiée unipersonnelle dénommée Tahiti Nui Ocean Foods (TNOF), porteuse du projet, s’est constituée le 26 septembre 2014 avec un capital de un milliard Fcfp. Le 25 janvier dernier, elle a désigné le bureau d’études Coco Group Engeneering (CGE), constitué le 20 janvier, comme maître d’ouvrage délégué en Polynésie française.

Le projet envisagé par TNOF représente une production annuelle attendue de 50 000 tonnes de poissons lagonaires (Mara, Tonu et Kito) avec en phase d’exploitation environ 2800 cages d’élevage en lagon. La phase chantier est envisagée pour une durée de travaux de 24 à 30 mois.

Les services du Pays sont mobilisés et organisés afin de faciliter les démarches pour la mise en œuvre de ce projet. Une première demande de permis de terrassement de la zone est en préparation ainsi qu’une étude d’impact globalisée pour la partie terrestre. Elle sera suivie d’une demande de travaux immobiliers pour la phase chantier (450 à 550 personnes concernées sur site) et pour la construction du complexe aquacole, avant une étude d’impact relative à l’exploitation du lagon pour la phase exploitation. Les travaux de la route de contournement sont engagés pour libérer l’espace routier central.

En phase chantier, le projet devrait générer entre 400 et 550 emplois. Pour l’exploitation de la ferme, le nombre d’emplois permanents serait de deux équipes de 250 personnes dont vingt cadres polynésiens formés par l’université de Shangai.

Pour favoriser le recrutement sur l’atoll de Hao, un partenariat entre le ministère en charge de l’emploi et la commune est engagé. Le recensement des demandeurs a été réalisé. L’analyse des emplois proposés et des compétences disponibles est en cours pour proposer les adaptations nécessaires. Des candidatures potentielles pour la formation en Chine ont été identifiées à partir de la base des demandeurs d’emplois du SEFI. Les modalités et conditions de cette formation restent à formaliser.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close