FIFO: l’art de rédiger un scénario

Pendant plus de deux heures, c’est un atelier très interactif que propose Sydélia Guirao à un public de curieux, d’amateurs et de professionnels de l’écriture et de l’audiovisuel. Au menu : le mode d’emploi de l’écriture d’un scénario de série ou de fiction, destiné à une diffusion multi-supports (télévision, satellite, numérique…) et multi-canaux (déclinaison via divers moyens de diffusion : télévision, mobiles, smartphones, applications…).

Une problématique complexe à l’heure où une double mutation est en train de s’opérer : au niveau des modes de consommation de l’audiovisuel de la part du public, aussi bien que dans les contenus recherchés. Une véritable approche cross-media doit être pensée dès l’élaboration du scénario, c’est-à-dire en proposant une déclinaison large du projet sur plusieurs supports, offrant ainsi plus d’opportunités de renforcer le lien avec les spectateurs.

Dès l’introduction, le ton est donné : « Quand on écrit un scénario, l’important est de ne pas oublier qu’il s’agit ensuite, et surtout, de le vendre ! D’où l’aspect très marketing de la démarche qui doit émaner du contenu du scénario », met en garde Sydélia Guirao. En effet, une des contraintes majeures est de respecter une harmonie entre le style d’écriture et le rendu final lors de la post-production. Tel est donc l’enjeu majeur de l’écriture d’un scénario.

La « Bible littéraire » est ainsi le document de référence qui synthétise le contenu du projet, tout en servant de base à la production, qu’il s’agisse d’une série ou d’une fiction. L’idée de l’écriture d’un scénario vient généralement d’une histoire ou de personnages. À travers plusieurs thématiques sont présentés le titre, la phrase d’accroche du projet, le format proposé, le public visé, le concept résumé en quelques lignes et les personnages principaux. De manière synthétique, il s’agit de présenter le fil rouge du projet, les traits de caractère généraux des personnages et leurs relations, les décors récurrents, ainsi que l’univers propre à l’ambiance du projet. L’ensemble des particularités singulières (effets sonores, langage, univers visuel ou musical) doivent être mises en avant, afin d’apporter un maximum de précisions au producteur et au réalisateur, sans pour autant empiéter sur leurs champs d’action respectifs. Le ton est également un dénominateur commun à l’ensemble des aspects du projet, tant dans la présentation que dans le contenu du scénario. Viennent ensuite les précisions portant sur la structure de l’histoire, trame des évènements principaux qui jalonnent le cours des scènes, des rebondissements, voire des ruptures dans la trame narrative (flash-back). Dans le cas de l’écriture d’un scénario pour une série, l’arche dramatique est la partie la plus fastidieuse à rédiger, afin d’apporter un maximum d’informations nécessaires à la compréhension de la trame de l’histoire, l’évolution des épisodes (intrigue, rapports entre les personnages ou les faits) jusqu’à la chute (cliff under) de l’épisode qui ouvre vers le prochain. Il est important de joindre 3 à 5 pitchs (résumé détaillant un épisode) minimum, accompagné d’au moins un synopsis d’épisode.

Le scénario en soi porte sur le détail de l’histoire, le parcours des personnages, l’articulation entre les scènes et la chronologie, etc. L’introduction dévoile les personnages et leurs traits de caractère ainsi que  la situation de départ de l’intrigue. Le développement présente l’objectif principal du protagoniste, suivi des objectifs seconds qui permettent d’atteindre cet objectif initial. Ou comment l’objectif est contrarié par un « mais », qui implique une action en retour, permettant de dresser un bilan en fin d’épisode, ou de film. Généralement, l’enchaînement des actions va crescendo, dévoilant toujours plus d’informations autour des personnages principaux et de l’intrigue en général.

Malgré la complexité du contenu qu’exige la rédaction sérieuse d’un scénario, cette démarche n’est pas non plus réduite qu’à un aspect marketing et financier. L’expérience et le parcours de Sydélia Guirao attestent bien comment les auteurs de scénarii véhiculent des projets créatifs qui s’inscrivent dans le patrimoine du 7ème Art qu’est le cinéma. Avec donc toujours cette volonté de faire rêver et de divertir le spectateur derrière son écran, quel qu’il soit !

 

Crédit photo: Werner Bringold

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close