Fin 2017, le chiffre d’affaires des entreprises avait bondi de 5,6%

L’économie polynésienne confirme ses signes de reprise, même si certains secteurs sont encore en marge, observe l’Institut de la statistique (ISPf) sur la période du premier trimestre 2018.

Le tourisme est dynamique grâce au retour des croisiéristes, entraînant dans son sillage les activités d’hôtellerie-restauration. Au cours du premier trimestre 2018, la Polynésie française a accueilli 44 700 touristes, soit 2 900 touristes de plus que sur la même période 2017 (+ 7 %). Le nombre de nuitées croît de 54 000 unités, à 588 000 nuitées.

L’activité est soutenue dans l’industrie et le commerce. En revanche, le secteur primaire peine à augmenter ses recettes à l’export. Les recettes des exportations locales demeurent atones (- 0,3 %). Le volume total exporté est pourtant en hausse de 17 %.

Les recettes des produits locaux à l’export sont toutes en baisse, excepté la vanille dont les ventes ont triplé sur un an, malgré une légère baisse du prix unitaire. Il en est de même pour les produits de la pêche dont les recettes baissent de 2 % sur un an. Le prix unitaire des poissons entiers réfrigérés qui constituent 90 % des exportations en volume, diminue de 300 F.CFP à 1 000 F.CFP, expliquant la baisse globale des recettes. Celles de l’huile de coprah diminuent de 18 % alors que les volumes ont progressé de 6%.

Moins de demandeurs d’emploi

Les effectifs salariés augmentent progressivement. Fin 2017, ils étaient 64 410, rejoignant ainsi le niveau de décembre 2010. L’indice emploi du secteur marchand continue de progresser au premier trimestre 2018 (+ 1 %), pour finir fin mars sur une hausse annuelle de 2,7 %. Les effectifs de l’industrie et de la construction sont ceux qui progressent le plus, suivis par ceux de l’hôtellerie et restauration. En revanche, ils sont stables dans le commerce et les autres services marchands. Parallèlement, le nombre de demandeurs d’emploi diminue : fin mars 2018, ils sont 13 070 demandeurs à être inscrits sur les listes du SEFI (- 8 %). Le flux de demandeurs alimentant ce stock au cours du premier trimestre a diminué de 5 % (9 712 demandeurs différents, pour 10 680 inscriptions). Les primo-demandeurs diminuent de 2 %.

Au terme de l’année 2017, le chiffre d’affaires global des entreprises (hors finances et assurances) s’établit à 840 milliards de F.CFP, soit une hausse de 5,6 % (+ 5,1 % hors inflation), exclusivement induite par le tertiaire (87 % de la hausse) et l’industrie (13 %).

Source: ISPf – Photo de la zone industrielle de la Punaruu

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close