Fin de fonctions de C. Bouriat: le gouvernement n’a subi aucune pression

Invité lundi soir sur le plateau de TéléPolynésie 1ère, le ministre de la Santé, Patrick Howell, s’est une fois de plus longuement expliqué sur la décision de mettre fin au contrat du directeur du Centre hospitalier (CHPf).

Nommé théoriquement pour deux ans, Patrick Bouriat n’est officiellement plus à la tête du CHPf à compter de ce lundi 10 août au soir comme le stipule l’arrêté CM.

Le ministre de la Santé le répète à qui veut bien l’entendre: le gouvernement d’Edouard Fritch n’a subi aucune pression de la part des syndicalistes et encore moins, du tandem Galenon-Legayic comme l’a rumeur le prétend.

L’éviction de l’intéressé résulte simplement du fait que lors des deux derniers conflits sociaux au sein de l’établissement du Taaone, celui-ci n’était pas présent sur le territoire. Pire, à en croire le ministre, il n’aurait pas daigné répondre aux appels téléphoniques pas plus qu’au SMS qui lui ont été adressés.

Pour lui succéder, l’intérim sera assuré par James Cowan qui connaît bien la maison et ce, jusqu’au recrutement d’une nouvelle personne en étroite concertation avec les autorités de tutelle, a indiqué Patrick Howell.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close