Fin du Forum : « beaucoup de bruit pour rien », commente le Tahoeraa

La fin du Forum des îles du Pacifique, aux îles Cook, et les récentes déclarations du sénateur Richard Tuheiava à propos de la réinscription de la Polynésie française sur la liste de l’ONU des pays à décoloniser ont fait réagir deux partis autonomistes, le Tahoeraa huiraatira de Gaston Flosse et To Tatou Ai’a de Gaston Tong Sang.

« Encore une fois beaucoup de bruit pour rien », résume le Tahoeraa, dans l’éditorial du jour, sur son site internet, à propos du Forum des îles du Pacifique qui n’a pas apporté officiellement son soutien à la demande d’Oscar Temaru de réinscrire la Polynésie sur la liste des pays à décoloniser. « Cela faisait un bon moment que notre cher président de la Polynésie – toujours – française, Oscar Temaru, faisait des pieds et des mains pour tenter de justifier sa demande de réinscription de notre Pays sur la liste des territoires non-autonomes de l’ONU. Il a eu beau avoir reçu le soutien des dirigeants des pays polynésiens et mélanésiens, cela n’aura pas servi à grand-chose puisqu’au final le Forum des Iles du Pacifique a encore refusé son soutien à sa demande, réitérant simplement leur soutien au principe du droit d’autodétermination de la Polynésie française », note ainsi le Tahoeraa.

« Il était évident que le Forum des Iles du Pacifique, avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande en tête, n’allait pas ‘fâcher’ la France, membre permanent du conseil de sécurité de l’ONU, l’organe exécutif de l’organisation, dont la présence dans le Pacifique est un atout stratégique indéniable et dont seul Oscar Temaru semble ne pas comprendre l’importance », poursuit l’éditorial du parti de Gaston Flosse.

Et celui-ci de conclure: « Pourquoi Oscar Temaru et Richard Tuheiava ont-il si peur du référendum d’autodétermination ? La réponse est simple : ils ont peur que les Polynésiens confirment leur rejet de leur idéologie de l’indépendance, aussi bien soit-elle cachée derrière la réinscription sur la liste de l’ONU, et votent massivement en faveur de l’autonomie de notre Pays avec son maintien au sein de la République française ».

Accusé de vivre « en dehors des réalités de la population »

Mêmes cibles pour le mouvement To Tatou Ai’a. Le parti Gaston Tong Sang critique notamment les propos du sénateur UPLD (Union pour la démocratie), Richard Tuheiava, la veille au soir, sur Polynésie1ère. « Mélangeant, pêle-mêle, dans son discours, la Nouvelle-Calédonie, Fidji, l’idée que cette réinscription serait un bénéfice pour la France et la Polynésie française, il n’a pu convaincre honnêtement les téléspectateurs. Comment en effet lui accorder du crédit lorsqu’il nous soutient que Fidji n’est pas une dictature? A-t-il récemment discuté avec des Fidjiens? », s’interroge To Tatou Ai’a.

La comparaison faite par le sénateur Tuheiava avec la situation en Nouvelle-Calédonie n’a pas convaincu, non plus, To Tatou Ai’a: « Ces mêmes accords calédoniens, font suite à des troubles jamais vécus localement, et sont le reflet d’un consensus de l’ensemble de la classe politique et de la population calédonienne. Peut-il nous dire où voit-il un tel consensus en Polynésie française? ».

To Tatou Ai’a ajoute: « Il est évident, à l’écoute de ses réponses aux questions insistantes de la journalistes quant au règlement des vrais problèmes des polynésiens, que le Sénateur et son ami Oscar vivent en dehors des réalités de la population (…) Ils feraient bien de sortir des salles de transit des aéroports internationaux et des salons feutrés des organisations internationales pour constater enfin leur décalage complet vis-à-vis des attentes de nos concitoyens désespérés ».

Télécharger l'article en PDF

Une pensée sur “Fin du Forum : « beaucoup de bruit pour rien », commente le Tahoeraa

  • 3 janvier 2016 à 11 h 35 min
    Permalink

    Bonjour

    Je commencerai par vous mettre en garde à ne pas accepter tout et n’importe quoi dans un moment de détresse.

    Vous souhaitez bénéficier d'un crédit pour la mise en œuvre de vos projets, Vous souhaitez bénéficier d'un fonds de commerce, vous souhaitez bénéficier d'un crédit pour le financement de vos Études à l’Étranger, Vous souhaitez changer de voiture, vous équiper en électroménager, vous offrir une nouvelle maison.

    Malheureusement il se trouve que vous êtes au chômage, élève ou étudiant, personne pour vous servir d'aval, Vous êtes sans emploi ou fiché en Banque ou vous faîtes objet d'interdit bancaire pour incident non indépendant de votre volonté, de ce fait aucune institution financière n'accepte de vous faire de prêt.

    Vous avez ce pendant Besoin de financer le projet dont vous rêvez et qui vous tient à cœur. Désormais cela ne devrait plus vous poser de problème. Profitez des nombreuses formules de prêts personnels adaptés à tous vos besoins.

    Bénéficiez de notre expertise c'est simple et rapide. Vous pouvez emprunter facilement de l'argent sur des durées allant de 1 an à 25 ans à de bonnes conditions de remboursements et ainsi pouvoir enfin réaliser tous vos projets.

    Mr Bercher vous offre les horizons suivants: Prêt personnel, crédit auto, moto, crédit travaux, crédit immobilier, crédit consommation, Fonds de Commerce, Financement Étude à l'étranger.

    Toutes nos offres de prêts sont étudiées en fonction de vos besoins personnels.

    Afin de vous en dire plus je vous laisse ses coordonnées de manière à vous laisser libre choix de le joindre à tout moment, même pour des renseignements (cela ne coûte rien et ça peut aider à sortir de situation difficiles).

    E-mail : georges.bercher@gmail.com
    Site : http://pret-particulier.xyz

    Bonne et heureuse année 2016.

    Cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close