Franchise douanière: le Tahoeraa parle de « bouffée d’oxygène »

 

Le gouvernement s’offusque de la décision des élus du Tahoera’a Huiraatira de voter la proposition d’amendement qui fait passer la franchise douanière de 20.000 à 30.000 FCFP. Le parti orange défend sa position.

Alors que la population subit déjà une pression fiscale forte, cette franchise constitue une bouffée d’oxygène pour les consommateurs.  Il convient de constater que le maintien de la franchise à 20 000 F CFP n’a pas été une mesure créatrice d’emplois, et ce n’est pas son relèvement qui aggravera les difficultés des commerces locaux.

Cette problématique revêt des aspects beaucoup plus divers, et le montant de la franchise n’est que l’un des éléments parmi d’autres paramètres.

Le gouvernement est mal venu d’invoquer le programme du Tahoera’a Huiraatira lorsque cela l’arrange, alors qu’il est le premier à ne pas le respecter.

Ce n’est que pure démagogie de laisser croire que le relèvement de la franchise serait un poids supplémentaire pour les commerces. Pour s’en convaincre, chacun sait que les consommateurs se sont adaptés à la baisse de la franchise à 20 000 F CFP, en la contournant, et en fractionnant leurs achats sur les sites marchands en deux ou plusieurs envois.

Pour autant, le Gouvernement n’a pas jugé utile de développer une offre locale de e-commerce en accompagnant d’éventuels opérateurs capables de proposer une véritable offre locale pour résister à l’hégémonie de certains sites marchands basés à l’étranger.

Par ailleurs, puisque le Gouvernement se préoccupe de l’impact des mesures fiscales initiées par le « Plan de relance 2014 », il faudrait qu’il justifie les raisons pour lesquelles la suppression des exonérations sur les matériels intéressant la Défense a fait l’objet d’un retrait. En effet, le projet de loi du pays présenté en décembre 2014 (rapport 168-2014) a été retiré, alors qu’il prévoyait une recette supplémentaire de 267 millions F CFP du fait de la remise en cause des exonérations accordées à la Défense.

Il n’a jamais été question dans le programme du Tahoera’a Huiraatira de concéder des cadeaux fiscaux à l’Etat. Peut-on dès lors encore parler d’une « certaine cohérence et de l’intérêt général » ?

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close