French bee, juste derrière ATN, sur la route Papeete-Paris

Avec un module de 411 sièges et la mise en place de sa troisième fréquence sur la quasi-intégralité du troisième trimestre, on s’attendait à voir la compagnie aérienne French Bee s’élever au niveau d’Air France. Pari tenu pour la compagnie du groupe Dubreuil qui dépasse même sa rivale métropolitaine de plus de 3 000 passagers transportés sur les trois derniers mois d’activité.

En toute logique, cette tendance devrait s’inverser au quatrième trimestre, French Bee revenant à deux fréquences par semaine tandis qu’Air France reste bien calé sur ses trois vols hebdomadaires en 777-200.

Pour autant, les résultats par compagnies déjà observés au mois de juin 2018 se confirment sur ces trois mois de la haute saison. En valeur absolue, Air Tahiti Nui perd environ 3 700 passagers là où Air France n’en cède qu’un peu plus de 1 000. En valeur relative, et compte tenu des volumes en présence, la perte est davantage pour Air France (-4,8%) que pour ATN (-3,2%).

Attention toutefois à l’interprétation de ces chiffres : depuis l’arrivée de French Bee, Air France a maintenu la configuration de son appareil en version business élargie, ce qui réduit la capacité en sièges offerts par rapport à la même période de l’an dernier. Il conviendrait donc de relativiser cette perte de passagers avec le taux de remplissage et le revenu moyen par passager. N’oublions pas en effet que, vu des compagnies aériennes, le nerf de la guerre reste la rentabilité de la ligne plus que le nombre de passagers transportés.

Maintenant que la haute saison est passée, il nous est possible d’évaluer plus précisément la répartition des parts de marché du trio Air Tahiti Nui, Air France et French Bee sur le segment Tahiti – USA – Paris. Avant cela, rappelons la situation de l’année 2017 où les deux opérateurs étaient seuls à se partager cette route. Les résultats du troisième trimestre montrent que French Bee se positionne en numéro 2 sur cette route avec 19% de parts de marché.

Après quatre mois de pleine exploitation de French Bee, ADT est également en mesure de mieux évaluer la part de stimulation du marché que l’arrivée de cette compagnie a généré, de la part cannibalisée sur les deux autres opérateurs historiques. De juin à septembre 2018, en effet, elle estime la part de stimulation à 76.5%, contre 23.5% de passagers cannibalisés. Autrement dit, cela signifie que sur les 15 000 personnes que French Bee a transportées jusqu’au Fenua, environ 11 500 (soit plus de 23 000 passagers puisque nous comptons les arrivées et les départs) ont été incités à faire le voyage en Polynésie par la création de la ligne Low Cost. A l’inverse, cela signifie aussi que plus de 3 500 personnes ont changé leurs habitudes et font désormais défaut aux opérateurs historiques.

Source: ADT

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close