Front uni Tahoeraa/UPLD contre les retraites complémentaires

Après les représentants Tapura-A Ti’a Porinetia, c’est au tour du gouvernement de réagir officiellement après la séance de jeudi à l’assemblée.

Alors que la ministre en charge des solidarités, Tea Frogier, présentait à l’Assemblée de la Polynésie française, dans la soirée de jeudi, une loi de pays socialement progressiste concernant les retraites et les régimes de prévoyance complémentaires (maladie, invalidité décès…), les élus du Tahoeraa Huiraatira et de l’UPLD ont demandé le retrait de ce texte.

Celui-ci vient corriger un arrêté de 1956 qui, en l’état de sa rédaction, assimile les versements effectués pour les retraites et les régimes de prévoyance complémentaires à des rémunérations soumises à cotisations sociales. Il permet également d’ouvrir le cadre d’une négociation entre partenaires sociaux pour l’extension ou la généralisation de régimes de retraites complémentaires ou de complémentaires santé en Polynésie française.

Sur le fondement de cette réglementation, la Caisse de prévoyance sociale a effectué, à partir de 2009, une série de redressements auprès d’une soixantaine d’employeurs au titre des cotisations dues en raison de leur participation à la constitution de droits à la retraite complémentaire au bénéfice de leurs salariés.

Les redressements sont opérés auprès d’une soixantaine d’entreprises socialement en avance. Ils concernent aussi bien des entreprises du secteur privé que les établissements d’enseignement privés, des communes ou encore les services publics et parapublics.

Si la CPS devait, à défaut de texte réglant cette situation, étendre ses contrôles, comme le prescrivent les textes actuellement en vigueur, qu’elle est tenue d’appliquer, et ce sur quinze années en accord avec le délai de prescription, le Pays serait confronté à une crise économique et sociale majeure car nombreux sont ceux qui, à l’évidence, seraient dans l’incapacité d’honorer cette créance. D’autres pourraient dénoncer cette couverture sociale complémentaire ce qui, pour les retraites par répartition, entraînera la perte des droits des retraités et des futurs retraités.

En d’autres termes, si les élus du Tahoeraa Huiraatira et de l’UPLD devaient camper sur leur position, ils fragiliseraient encore davantage le tissu économique, dans une conjoncture que nous savons déjà difficile.

Aussi, le gouvernement lance-t-il un appel à la raison à l’adresse des élus Tahoeraa Huiraatira et de l’UPLD, en les exhortant, dans l’intérêt des entreprises mais également des établissements d’enseignement privés, des communes ou encore des services publics et parapublics et des nombreux salariés et retraités concernés, à adopter rapidement ces deux textes.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close