G. Flosse: « Notre priorité, c’est le Mahana Beach »

En marge du bilan de la première mission gouvernementale à Paris, le président Gaston Flosse a souligné tout l’intérêt qu’il portait à deux grands projets d’aménagement dont celui à vocation touristique dénommé « Mahana Beach » à Punaauia qui constitue « la priorité ».

Dans l’esprit du chef de l’exécutif local, l’avenir de la Polynésie française passe par son développement touristique. Mais pas de n’importe quelle manière…Aujourd’hui, la destination a besoin d’innovation, d’originalité. Bref, le soleil et ses cocotiers ne paient plus. Raison pour laquelle Gaston Flosse, accompagné du ministre du Tourisme Geffry Salmon, est allé s’imprégner du modèle hawaiien une semaine durant.

Flosse intérieur

Sur place, ils ont rencontré le patron de la compagnie Hawaiian airlines avec laquelle des coopérations sont à l’étude. Mais plus que l’augmentation du nombre de siéges d’avion, le président Flosse est parti à la recherche d’investisseurs susceptibles de mettre en valeur le domaine foncier du Mahana Beach, compris entre la marina Taina et l’ancien hôtel Bel-Air. Visiblement, une « touche » a été enregistrée et un déplacement d’hommes d’affaires est même prévu à Tahiti pour la fin août, début-septembre, a précisé le chef du gouvernement sans plus de détails.

Indépendamment de cet aspect financier, « nous allons bientôt lancer le concours d’achitectures » a par ailleurs annoncé Gaston Flosse. Pour mener toute la phase technique préalable, le Pays pourra compter sur le concours de la société Egis, filiale à 75% de la Caisse des dépôts et consignations. C’est en tous cas l’assurance qui a été donnée à Paris lors d’une rencontre au siège de la CDC.

L’autre grand projet de réaménagement concerne la capitale, Papeete. Son nom: « Ainapare »

Le point de départ est l’ancien dancing « Pitate », en cours de désamiantage avant démolition, et s’étend à tout le bloc comprenant les anciens bureaux de la CGM, ceux de l’étude Lejeune, jusqu’à la résidence du commandant de la Marine ( soit une superficie de 3800 m2) que le Pays souhaite acquérir prochainement. A cet ensemble immobilier dont la vétusté ne fait pas honneur au centre-ville, vous ajoutez la place Tarahoi, ses parkings et jardins ainsi que le siège de l’Office des postes dont le bâtiment est également voué à disparaître, et vous obtenez un domaine public d’environ 5 hectares.

Pitate

Moyennant le passage en souterrain de l’avenue du général de Gaulle et la transformation en musée de l’ancienne résidence de la reine Pomare IV, l’aménagement global du site est estimé à 17 milliards de Fcfp.  Ce devrait être surtout la première opération du genre dans le cadre d’un partenariat public/privé dont le cadre réglementaire doit être adopté prochainement à l’assemblée.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close