Gaston Flosse juge « anti-démocratique » l’attitude de Jean-Jacques Urvoas

Dans une lettre adressée au président de la commissions des lois à l’assemblée nationale, Jean-Jacques Urvoas, le président du Tahoeraa huiraatira s’interroge quant à l’absence systématique du député Tahuaitu lors de ses déplacements dans les archipels. Une attitude qu’il juge « anti-démocratique ».

Monsieur le président de la commission des lois,

Avant votre arrivée, lors d’un entretien accordé à Tahiti Infos, vous vous êtes livré à des commentaires hostiles à l’encontre du président du Tahoera’a Huiraatira, parti majoritaire en Polynésie française.

Faut-il vous rappeler, Monsieur le président de la commission des lois, que le Tahoera’a Huiraatira que je préside a obtenu à lui seul 62.340 voix lors des dernières élections territoriales de mai 2013, et qu’il détient à lui seul 38 des 57 représentants à l’Assemblée de la Polynésie française, soit la majorité absolue, ainsi que la totalité des parlementaires, trois députés sur trois, et deux sénateurs sur deux.

J’ai noté qu’à l’occasion de vos déplacements dans les archipels, vous êtes invariablement accompagné de Madame Maina SAGE, la députée de la première circonscription, et de Monsieur Jean Paul TUAIVA, le député de la troisième circonscription. Je relève surtout que le député de la seconde circonscription, Monsieur Jonas TAHUAITU, est absent de votre délégation et qu’il n’a jamais été approché pour vous accompagner à l’occasion de votre visite officielle en Polynésie française.

Vous n’ignorez pas que l’usage dans ce domaine est d’inviter le député de la circonscription que vous visitez, et au-delà, d’y associer les autres parlementaires.

Vous y dérogez. Je m’interroge : pour quelle raison le député Jonas TAHUAITU est-il exclu de vos déplacements dans les archipels ? Est-ce un parti pris politique ? Le député Jonas TAHUAITU est-il sanctionné parce que, par deux fois il n’a pas voté la confiance au Parti Socialiste, contrairement aux deux autres députés ? Est-il de fait jugé indésirable ? N’est-il plus à vos yeux député de la Polynésie française ?

Votre attitude est antidémocratique et ne peut être interprétée que comme une caution de nature à encourager la division et l’instabilité politique. En tant que président du Tahoera’a Huiraatira, et parce que je suis soucieux de la cohésion de notre majorité et des élus qui la composent, je regrette cette attitude contraire à l’intérêt général des Polynésiens.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la commission des lois,

mes salutations distinguées.

Gaston FLOSSE

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close