Grève à Air Tahiti: « Tout ça pour ça! » en conclut Emile Vernier

Le président du Sdiraf (regroupement des retraités polynésiens), Emile Vernier, livre ses impressions sur le récent conflit social à Air Tahiti.

Ainsi donc, la grève à Air Tahiti a pris fin, après trois semaines d’arrêt de travail. Comme on s’en doutait, malgré une grève dure, qui a pris en otage les populations, surtout des îles, les touristes, les élèves, les enseignants, etc…, la pensée générale doit être du genre « tout ça pour ça ».

Comme en France où la CGT demande le retrait de la loi El Khomri, ici, c’était le retrait du plan social qui était demandé.

Pourquoi un plan social à Air Tahiti ? On le sait, il n’y a pas si longtemps, la compagnie se trouvait en situation financière difficile. Après plusieurs réunions, un plan social est proposé par la direction et accepté par les syndicats.

Finalement, la situation financière de Air Tahiti s’améliore et le plan social est remis en cause aujourd’hui. Les syndicats ne veulent plus du plan social. Le plan social reste quand même comme une épée de Damoclès.

Tout ça pour ça !

Que de mal fait à nos populations pour ça. Des élèves bloqués, des enseignants bloqués, des gens bloqués, des soins pour malades bloqués, des malades bloqués, des touristes bloqués, bref, une très mauvaise image donnée au monde entier pour ça.

L’intervention de Joël Allain hier soir sur Polynésie Première a été faite dans un calme empreint d’un grand humanisme, à opposer à l’attitude provocante de la représentante syndicale chargée de la communication pour parler au nom des syndicalistes habituels. Et Joël Allain a bien raison. Pour quelques semaines de jouissance pendant lesquelles les syndicalistes ont pu marcher sur la tête de leurs dirigeants, la compagnie est dans un sale état. Il va falloir du temps pour que les partenaires sociaux oublient ce qui s’est passé pendant la grève.

La crise financière de Air Tahiti peut revenir à toute vitesse, surtout après ce qui s’est passé ces dernières semaines. Pour avoir encore plus d’avantages, les employés grévistes ont mis en danger la pérennité de leur société. Il est plus que temps qu’une compagnie concurrente se positionne.

Les deux grands messages à retenir sont, d’abord que pour des questions d’avantages personnels, les gâtés ne prennent plus les populations en otage et le deuxième serait que les soi disant syndicalistes arrêtent de se prendre pour les califes à la place de leurs califes.

Quand aux dirigeants de Air Tahiti, faaitoito avec tous ces fruits pourris à l’intérieur de votre compagnie.

 

Télécharger l'article en PDF

Une pensée sur “Grève à Air Tahiti: « Tout ça pour ça! » en conclut Emile Vernier

  • 8 juin 2016 à 0 h 34 min
    Permalink

    malheureusement on ne parle jamais de comment la compagnie en est arrivée là
    Les politiques de gestion plus que douteuses mises en place par les PDG successifs et ce depuis des dizaines d'années. Les politiques à courts termes au lieu d'avoir une vision à longs termes …comment expliquer qu'AIR TAHITI embauche 3 fois plus d'employés que d'autres compagnies dans le monde ayant un nombre plus important d'ATR et faisant plus de rotation ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close