Grève Air France: et s’il s’agissait d’une fermeture de base déguisée ?

C’est finalement la question que se posent nombre d’observateurs dont l’un des chefs de file du mouvement de grève.

Interrogé mercredi soir sur le plateau de Polynésie 1ère, le délégué USAF-UNSA, Bertrand Courtade, n’a pas semblé très optimiste sur l’évolution des négociations qui ont repris dans l’après-midi.

Si le PNC en grève se félicite de l’arrivée d’un médiateur en la personne du RH Amérique, il n’empêche que les points bloquants restent les mêmes, à savoir principalement « des problèmes de fiches de paie et de retraite » a t-il expliqué. Sans plus de détails.

Quant à la sécurité des vols Air France, elle n’est plus remise en cause. Du moins, officiellement, par les syndicalistes, puisque comme l’a reconnu M. Courtade, la compagnie remplit bien ses obligations pour qu’un minimum de personnel à bord soit en mesure d’assurer le service requis.

Maintenant, la perspective de voir Air France réduire sa voilure (pas d’embauches supplémentaires) et ce, dans la perspective de l’arrivée de French Blue à compter de mai 2018, n’est pas sans poser quelques questions. D’où la conclusion de l’invité de Natacha Szilagy: n’est-on pas en train d’assister à une « fermeture de base déguisée » ? Auquel cas, plus de quatre-vingt personnes se retrouveraient ainsi sur le carreau.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close