Grève des pompiers de Tahiti-Faa’a: le président Fritch recadre le débat à Tarahoi

Le temps d’une question orale posée ce mardi matin à l’assemblée, lors de la cinquième séance de la session administrative, le président du Pays, Edouard Fritch, a donné son point de vue sur la grève, toujours en cours, des pompiers de l’aéroport Tahiti-Faa’a.

A l’ouverture des travaux, la charge est venue de la représentante Tahoeraa, Sandra Lévy-Agamy. Mais derrière l’interrogation de l’élue sur la manière dont le gouvernement compte résoudre le mouvement social, il s’agissait surtout de viser la ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, soupçonnée de « conflit d’intérêt manifeste » dans ce dossier. Raison pour laquelle le parti orange réclame publiquement sa démission.

Face à une telle exigence, le chef de l’exécutif local ne s’est pas démonté. Bien au contraire! Quand bien même la question exposée oralement quelques minutes plus tôt ne correspondait pas à celle, écrite, déposée trois jours plus tôt au secrétariat de l’assemblée comme il est d’usage.

Aussi, de manière très pédagogique, quoiqu’un brin ironique, Edouard Fritch a reproché à Sandra Lévy-Agamy une « certaine confusion d’esprit », lui rappelant d’emblée l’existence d’un partage de compétences entre l’Etat et le Pays. Mais point de « cacophonie », comme semble le dire l’élue de l’opposition.

Le président a également démontré que le gouvernement assumait toutes ses responsabilités depuis le début du conflit, à commencer par la résolution effective de celui déclenché par la CSTP-FO le 16 mai dernier s’agissant des pompiers des aérodromes territoriaux. A ne pas confondre avec les revendications soutenues par O oe To oe Rima à l’aéroport de Tahiti. Il en a profité pour remercier les professionnels du secteur pour leur mobilisation dans la gestion de la crise au travers la prise en charge des touristes « coincés » dans les îles.

Enfin, quant à vouloir mettre la ministre du Tourisme en « porte-à-faux » au seul motif que son époux exerce sur le site les fonctions de pompier-syndicaliste, le président Fritch a qualifié cette manoeuvre de « honteuse » et « mesquine ». Et d’ajouter: « J’aurais préféré que le parti auquel vous appartenez condamne les blocages (…) vous êtes restés bien silencieux ».

Télécharger l'article en PDF

Une pensée sur “Grève des pompiers de Tahiti-Faa’a: le président Fritch recadre le débat à Tarahoi

  • 24 mai 2017 à 8 h 06 min
    Permalink

    « J’aurais préféré que le parti auquel vous appartenez condamne les blocages (…) vous êtes restés bien silencieux ».

    Dans les dents de l’arroseuse arrosée !!! elle a perdu une occasion de se taire !!!

    Vraiment du style : Miroir, Miroir dis moi que je suis la plus belle et la plus intelligente !!!
    Le Miroir de lui répondre : la dernière chapline du quartier l’est plus que toi !!!

    Comme quoi la bêtise humaine concerne aussi les soit disant ELITES de notre FENUA !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close