Grève des praticiens hospitaliers, à partir de lundi, pour faire valoir leur ancienneté

Dans un nouveau communiqué, le Syndicat des praticiens hospitaliers (SPHPF) annonce la fin du préavis de grève et donc, l’ouverture du conflit.

Le syndicat des praticiens hospitaliers a signé cinq protocoles d’accord depuis 2009 pour que l’ancienneté des médecins recrutés dans les hôpitaux de Polynésie française soit prise en compte dans les mêmes conditions qu’en métropole et en outre mer. Le dernier date de février 2016, signé par les ministres de la fonction publique et de la santé, sous l’actuelle présidence.

Le projet de modification du texte sur cette reprise d’ancienneté a été interrompu lors du  changement des ministres de la fonction publique fin 2016. Le syndicat des praticiens hospitaliers a demandé début 2017, que ce projet de texte soit présenté à l’assemblée de Polynésie française, selon le protocole d’accord qui prévoyait une présentation « au plus tard à l’ouverture de la session budgétaire de 2016 ».

 En juillet 2017, ce projet de texte a été envoyé par le ministère de la fonction publique au ministère de la santé.

En août 2017, le ministère de la santé a donné un avis favorable sur ce texte.

En septembre 2017, le texte devait être présenté par le ministère de la fonction publique au conseil supérieur de la fonction publique.

Or, en octobre 2017, la ministre de la fonction publique a annoncé au syndicat des praticiens hospitaliers que ce projet de texte ne serait pas présenté cette année.

 C’est donc bien la ministre de la fonction publique qui a bloqué ce projet de texte pour qu’il ne soit pas présenté à l’assemblée de la Polynésie française.

Pendant ce temps, les difficultés pour recruter des médecins dans les hôpitaux continuent. Un chirurgien vient de renoncer à un poste à l’hôpital d’Uturoa car il lui était proposé de le classer sans prendre en compte neuf années de son expérience professionnelle. A cause de ce renoncement, une des spécialités chirurgicale de l’hôpital d’Uturoa n’est plus offerte aux habitants des îles sous le vent.

 Le 10 octobre, le syndicat des praticiens hospitaliers a envoyé un courrier au président du gouvernement et aux ministres de la fonction publique et de la santé, pour demander que le texte sur l’ancienneté soit enfin présenté à l’assemblée de la Polynésie française.

 En raison de l’absence de réponse à ce courrier, le syndicat des praticiens hospitaliers a déposé un préavis de grève le 25 octobre.

 Aucune négociation n’a pas pu être tenue pendant la durée du préavis de grève car la ministre de la fonction publique a refusé d’y participer, alors que le ministre de la santé avait clairement dit aux médecins qu’il n’avait pas la compétence ministérielle pour faire changer un texte du statut des fonctionnaires.

 En désespoir de cause, le syndicat des praticiens hospitaliers a tenté sans succès de rencontrer le ministre de la santé avant la fin du préavis.

 C’est pourquoi, tel que stipulé dans le préavis de grève, le SPHPF appelle les praticiens hospitaliers des hôpitaux de Tahiti et des îles à un arrêt de travail pour une durée illimitée le lundi 6 novembre.

 

 

 

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close