Horreur, psychose et symboles : la méthode Daech pour envahir les médias

Il y a les 132 morts. Et il y a la psychose. Telles sont les deux composantes des attentats perpétrés par Daech en cette nuit d’horreur du 13 novembre 2015, à Paris. Planifier des boucheries pour tuer le plus possible constitue depuis toujours la marque de fabrique du terrorisme.

Mais outre ce macabre objectif, Daech s’est distingué en instaurant un climat de psychose dans tout l’Hexagone. De fait, on ne compte plus les « Ça va ? » envoyés par SMS par beaucoup de Français à leurs proches dans la capitale. Ou encore les tweets associés du hashtag #rechercheparis destinés à retrouver les personnes disparues.

Selon plusieurs spécialistes interrogés par La Tribune, créer un sentiment de peur généralisée a constitué un objectif prioritaire pour les djihadistes, qui ont tout fomenté pour que les retombées soient maximales dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Comment ? D’abord en ciblant des lieux de vie familiers – le Stade de France, des bars de quartier, une salle de concert rock -, à la fois populaires et bourgeois, sans viser une communauté spécifique. Résultat, l’écrasante majorité des Français s’est sentie concernée. D’autant plus que nombre d’entre eux, notamment les non-Parisiens, ont des connaissances qui vivent à proximité de ces lieux, des cœurs battants de la capitale.

En outre – et contrairement, par exemple, à l’attentat de Charlie Hebdo -, les attaques n’étaient pas toutes bien circonscrites. Beaucoup de personnes se sont demandées jusqu’à tard dans la nuit si des terroristes rodaient encore dans les rues. Ce qui a alimenté les craintes et les rumeurs.

Entretenir « un suspense macabre »

Cette terreur, Daech s’en est réjouie. Dans un communiqué publié au lendemain des attaques, le groupe Etat islamique s’est félicité que les rues de Paris « sont devenues étroites » pour ses habitants. Surtout, il ne fait guère de doute que l’organisation terroriste « a tout fait pour créer (…) Lire la suite sur La Tribune.fr

Source: Yahoo Économie

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close