Huit cas – dont un mortel – recensés du 24 avril au 7 mai

C’est l’information principale qui ressort du dernier bulletin émis par le Bureau de veille sanitaire.

S’agissant de cette pathologie – dont les surfeurs aux embouchures et les marcheurs dans les vallées forment les populations à risque – le communiqué transmis par la direction de la santé précise que « l’activité est stable par rapport à la quinzaine précédente » et que « la majorité des cas se trouve à Tahiti ».

Autre maladie infectieuse suivie de très prés: la dengue. Son activité est modéré et son évolution plutôt stable, indique le bulletin. Il n’empêche, le nombre de cas confirmés durant la période, s’élève à trente, localisés à Tahiti, Moorea et Raiatea. Près de la moitié des cas concernaient des enfants de moins de 15 ans dont un a du être hospitalisé.

Le Bureau de veille ajoute que la Polynésie française est actuellement à risque particulier d’introduction de la dengue de type 2; un risque d’autant plus préoccupant qu’une grande partie de la population n’est pas immunisée contre le virus, la dernière épidémie datant de 1996.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close