Infections sexuellement transmissibles: halte à la prise de risque!

Le ministre de la Santé, Patrick Howell, a présenté, mercredi après-midi, la campagne de lutte contre les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) qui sera renforcée dès jeudi, à l’occasion de la journée mondiale de la lutte contre le SIDA.

A partir des données issues des laboratoires publics et privés, du Centre hospitalier de Polynésie française (CHPF), des structures de la Direction de la santé, et les observations des cliniciens, certaines maladies infectieuses sont en progression en Polynésie française.

Le nombre de tests positifs suite à une recherche de syphilis, de chlamydiose, et de gonococcie en laboratoire est en augmentation, avec de fortes variations entre 2014 et 2015. Un nombre accru d’IST est également rapporté jusque dans les îles éloignées (Rapa, Tuamotu-Gambier). Le centre de consultations spécialisées en maladies infectieuses et tropicales observe également une situation inquiétante de nouvelles infections d’IST, notamment la syphilis, dans la cohorte de patients VIH/Sida.

La progression des IST témoigne d’un relâchement de la prévention et d’une reprise de conduites à risque. On parle de prise de risque à partir du moment où il y a un contact direct avec des lésions dues à une IST, par exemple :

  • lorsque l’on a eu des rapports sexuels sans préservatif ;

  • lorsque l’on ne connait pas le statut sérologique de son (sa) partenaire sexuel ;

  • lorsqu’il y a un contact direct avec une lésion au cours d’une caresse ou d’un baiser, etc.

Devant cette situation urgente, le ministère et la Direction de la Santé mettent en œuvre des mesures de santé publique et de prévention renforcées afin de réduire à tout prix la transmission des IST chez la population active sexuellement.

Les objectifs de la campagne de communication sont :

  • Informer le public et les média de la situation des IST en Polynésie ;

  • Sensibiliser les jeunes et les adultes sur les modes de transmission des IST ;

  • Renforcer la promotion du préservatif afin que son usage devienne un réflexe et un objet banalisé ;

  • Valoriser l’attitude à la protection lors des relations sexuelles ;

  • Inciter à recourir aux tests de dépistage des IST/VIH ;

  • Orienter les personnes infectées vers le soin et le traitement pour stopper la transmission des IST.

Les adolescents et les jeunes adultes sont particulièrement visés par cette campagne. Les actions sont centrées sur la promotion du port du préservatif notamment dans le contexte de prises de risques, la mise à disposition de préservatifs gratuits et l’information sur l’offre de dépistage des IST/VIH et de traitement dans les Centres de dépistages anonymes et gratuits (CDAG) et les structures de santé en Polynésie française. Durant tout le mois, plusieurs évènements axés sur la prévention seront notamment organisés.

Communiqué du gouvernement

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close