Investissements communaux: plus d’un milliard Fcfp consacré aux défis environnementaux

 

Dans le cadre du Contrat de projets État – Polynésie française relatif aux projets d’investissements communaux, le comité de pilotage s’est tenu vendredi 3 mars sous la coprésidence du Haut-Commissaire de la République et du Président de la Polynésie française, en présence des élus communaux représentatifs des cinq archipels, du président du Syndicat pour la promotion des communes de Polynésie française (SPCPF), du président de l’Assemblée de la Polynésie française, des ministres concernés et des chefs de subdivisions administratives de l’Etat.

Ce dispositif contractuel engage les parties jusqu’en 2020 sur le financement de projets dédiés exclusivement à l’alimentation en eau potable, la gestion des déchets, l’assainissement des eaux usées et la protection des populations sur les atolls dépourvus d’abris en cas de matérialisation de risques naturels majeurs.

Les investissements communaux portés par le contrat de projets sont financés, toutes taxes comprises, à hauteur de 85 % à 95 % par l’État et par la Polynésie française, de manière paritaire. Les communes financent pour leur part entre 5 et 15 % du coût total des opérations.

Dans le cadre de l’appel à projets pour 2017, vingt-et-un dossiers ont été reçus pour un montant total de 3,7 milliards de FCFP. Les demandes portent principalement sur des projets d’adduction en eau potable, la gestion des déchets et une étude sur l’assainissement des eaux usées.

Après avoir entendu les membres du comité de pilotage, le haut-commissaire de la République et le président de la Polynésie française ont arrêté la programmation de six nouvelles opérations pour un montant total près de 1,12 milliard de FCFP. Il s’agit de la rénovation du réseau d’adduction en eau potable d’Uturoa (151 millions de FCFP), de la rénovation du réseau d’adduction en eau potable d’Hitia’a O Te Ra (287 millions de FCFP), de la rénovation du réseau d’adduction en eau potable de Paea (241 millions de FCFP), de la pose de compteurs entre le PK 15 et le PK 18 par la commune de Punaauia (374 millions de FCFP), de l’implantation d’une unité de potabilisation de l’eau sur la commune associée de Pueu, à Taiarapu Est (31,5 millions de FCFP) et de la réalisation d’une unité de traitement du verre à Bora Bora (33,9 millions de FCFP).

En privilégiant des opérations d’un montant moyen supérieur à l’exercice précédent (186 millions de FCFP contre 151 millions de FCFP en 2016), l’État et la Polynésie française ont souhaité impulser des chantiers majeurs dans des communes ayant exprimé des besoins conséquents et qui n’avaient pu être retenus lors des deux précédentes programmations.

Une attention particulière a été également portée par les membres du comité de pilotage au dossier relatif à l’adduction en eau potable à Hiva Oa. Ce projet pourrait être programmé dans l’année, en fonction des disponibilités de crédits non encore acquises ; sinon il le sera en priorité dans la programmation de 2018.

Communiqué Etat-Pays

Télécharger l'article en PDF

Une pensée sur “Investissements communaux: plus d’un milliard Fcfp consacré aux défis environnementaux

  • 28 septembre 2017 à 17 h 18 min
    Permalink

    Des millions de francs pour de l’eau potable pour pouvoir vider les toilettes, nettoyer la maison ou la voiture, arroser les plantes, remplir les piscines, … Super, les gars !!!
    Et sinon, une citerne de collectage d’eau pluviale obligatoire pour chaque habitation, comme les assainissements individuelles ? Non ? … Ne serait-ce que pour les toilettes et le nettoyage, et de l’eau potable que pour la cuisine ? Non ? … Pour responsabiliser un peu la population sur sa consommation d’eau ? Non, toujours pas ? …
    Ah bon, d’accord !
    Alors, bientôt, on sera tous fier de poser un bel étron dans de l’eau potable ! Yessss, c’est super !!!

    Et pour les déchets ? Qu’est-ce qu’on fait ? Unité de traitement du verre à 34MF ???
    Et sinon, des déchetteries obligatoires dans toutes les communes ? Revendre les déchets recyclables ? Sanctionner sévèrement le brûlage sauvage des déchets, hautement toxique et cancérigène ? … Non ?
    Aaah ! … Faut pas déranger nos habitudes, notre « coutume » à nous, les électeurs …
    Bon ben … recyclage de verre alors …
    D’un côté, avec tout l’alcool qui est bu chaque jour en Polynésie ! Pourquoi pas ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close