Japon: pas de pétrole mais des terres rares!

Hourra ! Le Japon s’est transformé en Arabie saoudite !

C’est ce qu’on aurait pu conclure à la lecture d’articles dithyrambiques paru en avril dans la presse nipponne, qui relayaient les conclusions du JAMSTEC, un institut de recherches public national qui scrute la richesse des fonds marins japonais.

Le JAMSTEC est alors formel : l’Archipel dispose au fond de ses eaux l’équivalent de centaines d’années d’approvisionnement de terres rares : 780 ans d’yttrium, 620 ans d’europium, 730 ans de dysprosium… Ces appellations exotiques recouvrent des terres clés pour l’industrie manufacturière de demain, notamment dans les composants des moteurs électriques, des turbines d’éoliennes, des écrans de nos ordinateurs…

Place stratégique du « frère ennemi » chinois 

L’Archipel, qui met souvent en avant son manque de ressources naturelles terrestres, pense depuis longtemps que sa vaste zone économique exclusive marine (la septième du monde) de quatre millions de kilomètres carrés est pavée de minéraux et de terres rares. Une hypothèse grisante dans un monde dont les ressources diminuent, les techniques d’exploration font des progrès rapides et où le « frère ennemi » chinois tient une place stratégique sur […]

Lire la suite sur challenges.fr

Source; Yahoo actualités

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close