Johnny Hallyday quitte la scène définitivement à l’âge de 74 ans

Johnny Hallyday est décédé dans la nuit de mardi à mercredi à l’âge de 74 ans, a annoncé Laeticia, son épouse. Une disparition à laquelle personne ne reste insensible…

«Johnny Hallyday est parti. J’écris ces mots sans y croire. Et pourtant c’est bien cela. Mon homme n’est plus. Il nous quitte cette nuit comme il aura vécu tout au long de sa vie, avec courage et dignité», écrit-elle dans un communiqué.

En mars dernier, le rocker français avait révélé qu’il souffrait d’un cancer des poumons, dépisté plusieurs mois auparavant. La maladie ne l’avait cependant pas empêché de prendre part à une dernière tournée avec ses complices Eddy Mitchell et Jacques Dutronc. Les «Vieilles Canailles» avait rencontré un succès considérable.

De son vrai nom, Jean-Philippe Léo Smet est né un 15 juin 1943 à la cité Malesherbes, à Paris. Dès l’âge de 11 ans, le petit Jean-Philippe chante entre les numéros de danse de ses parents adoptifs. Installé dans le quartier de la Trinité, Johnny  publie son premier 45-tours en mars 1960 avec un titre de Dalida,T’aimer follement.

Avec sa chevelure drue, une maigreur de chat affamé, des jambes qui s’ouvrent en ciseaux, la guitare accrochée à l’épaule, Johnny Hallyday incarne alors une silhouette, une liberté, un style, reprenant en français des succès américains, lançant de nouvelles danses comme le twist ou le madison.

Autre moment clé de sa vie: en 1996, Laeticia Boudou épouse Johnny Hallyday. Quand elle l’a rencontré, elle avait 19 ans, lui 51. Les mauvaises langues en sont sûres: Laeticia Hallyday ne va pas faire long feu.  Pourtant, elle se révèle être un roc doté d’une intelligence instinctive et d’une patience rare. Gérer Johnny, c’est quand même un job à plein-temps.

« Il y a des hommes qui meurent moins que d’autres: c’est parce qu’ils ont plus vécu. Johnny Hallyday fut de ceux-là. Sa mort est un événement parce que son existence fut énorme. Il a inventé le rock français, arraché au blues des ballades qui sont toujours allées dans le même sens: l’amour. Amour du public, amour de la musique et de la sueur. Johnny a tellement duré qu’il nous semblait continu, comme on le dit du courant électrique », écrit ce matin à Paris Tann Moix dans le Figaro.

«On a tous en nous quelque chose de Johnny Hallyday», a déclaré Emmanuel Macron. «De Johnny Hallyday nous n’oublierons ni le nom, ni la gueule, ni la voix, ni surtout les interprétations, qui, avec ce lyrisme brut et sensible, appartiennent aujourd’hui pleinement à l’histoire de la chanson française. Il a fait entrer une part d’Amérique dans notre Panthéon national», écrit encore le président de la République.

«C’est un peu comme si Paris perdait sa Tour Eiffel», s’émeut pour sa part Benoît Hamon.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close