LA BEI prête à soutenir tous les projets de développement durable

 

Le président de l’Assemblée Marcel Tuihani, accompagné de la directrice de cabinet Mireille Garnier, a reçu le vice président de la Banque Européenne d’Investissement, Ambroise Fayolle.

Monsieur Fayolle et les personnes qui l’accompagnent ont été reçus à l’entrée de l’Assemblée avant de se rendre au sein de l’hémicycle où un salon a été aménagé pour la circonstance.

Le vice-président de la BEI a rappelé en quelques mots le rôle de la banque et la nature de ses investissements qui sont assurés à 65% en Europe et à 35% hors de l’Union. Il a rappelé que les investissements sont toujours des co-financements, la BEI n’assurant jamais 100% des crédits nécessaires à la réalisation des projets financés.

Il a tenu à souligner la préoccupation de la BEI de donner plus de visibilité à ses actions et sa volonté de rassurer les Etats membres de l’Union et les collectivités sur la présence de la banque. Dans ce sens, il a expliqué que le souci de la BEI était de soutenir davantage des projets qui améliorent la vie quotidienne des populations au sein de l’Union.

Rappelant les conventions signées dans le passé par la BEI avec la Banque de Tahiti en 2013 et 2014, la Banque Socredo en 2007 et la Société Générale Banque de Polynésie en 2009 notamment, il a indiqué qu’un nouveau prêt était en préparation d’un montant de 4,5 millions d’€.

Evoquant les projets soutenus en Polynésie française, il s’est montré très intéressé par les liaisons haut débit et les énergies renouvelables. Il a rappelé que la BEI finance le projet du SWAC de l’hôpital grâce à un crédit de 7,5 millions d’€ à propos duquel il s’inquiète des retards pris dans les opérations.

De son côté le président de l’Assemblée a fait un point rapide sur le contexte économique du Pays, en réponse aux questions de Monsieur Fayolle. Il a souligné que la mutation énergétique était en cours en Polynésie française, prenant exemple sur le SWAC ou encore sur l’Assemblée elle-même qui s’équipe de panneaux photovoltaïques. Il a souligné, allant dans le sens des observations de Monsieur Fayolle, que la Polynésie avait besoin de développer les liaisons numériques haut débit et pour cela, de créer un hub si elle veut en faire un outil de son développement futur. La montée des eaux et les conséquences du réchauffement climatique ont aussi été abordées, car elles nécessitent des infrastructures de protection.

Le président de l’assemblée a interrogé le vice-président de la BEI sur les pistes d’échanges et de partenariats qui pourraient exister avec des Etats membres de l’Union qui seraient déjà avancés sur ses questions. La question des terres rares et de leur prospection a également été évoquée. Le vice-président Fayolle a indiqué que la BEI est prête à étudier et à soutenir tous les projets qui vont dans le sens d’un développement durable.

L’entretien qui s’est déroulé dans une atmosphère très cordiale s’est terminé par la signature du livre d’or, suivi d’un échange de cadeaux ainsi qu’une visite rapide du salon des Australes en cours dans le hall de l’Assemblée.

Communiqué et photo APF

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close