La communauté étudiante sensibilisée à la question du changement climatique

Organisées par les ministères de l’éducation et de l’environnement, en partenariat avec le Conseil économique, social et culturel (CESC), l’École du Commerce de Tahiti (ECT), et la Fédération des Associations de Protection de l’Environnement (FAPE), les 1ères Assises de l’environnement des étudiants de Polynésie française ont ouvert leurs portes lundi matin à la Présidence.

Pas moins de quatre cents étudiants des établissements d’enseignement supérieur de Tahiti et des îles se sont mobilisés pour cet événement. Parmi eux on comptait des étudiants en BTS du Lycée de Papara, Lycée Aorai, Lycée Hôtelier, Lycée de Taravao, Lycée La Mennais, Lycée agricole de Moorea, des Cours Bufflier, mais également de l’ECT, de l’ISEPP, et de l’Université de Polynésie française.

La Polynésie française attache une très grande importance à la mobilisation des forces vives du Pays en vue de la réussite de la 21ème conférence des parties à la convention internationale sur le climat que la France accueillera du 30 novembre au 11 décembre 2015.

Du fait de son caractère insulaire, notre collectivité présente une vulnérabilité particulière face à la problématique du changement climatique. L’habitat de nos populations, la préservation de nos écosystèmes et de notre biodiversité sont en jeu.

Pour réfléchir à la question des enjeux climatiques, il est apparu essentiel d’entendre la voix de la communauté étudiante. Ces Assises ont pour objectif de contribuer au message porté par le président de Polynésie française à l’occasion de la COP21.

1eres-assises-environnement-7

Un seul événement – deux sites

Organisées sur une seule journée, la matinée a démarré à la Présidence sous le grand chapiteau. Plusieurs scientifiques et spécialistes ont été conviés à présenter les actions menées en matière de préservation de l’environnement et les conséquences du changement climatique sur celui-ci.

L’après-midi a été consacrée aux workshops qui se sont tenus au CESC sur les trois thématiques suivantes :

ANTICIPER : Comment anticiper les impacts climatiques et la dégradation de notre Fenua en rendant responsable et actrice de la prévention la population polynésienne ?

PRéSERVER : Comment préserver notre Fenua en changeant les comportements quotidiens de la population en matière de protection de l’environnement ?

INNOVER : Comment innover notre manière de consommer, de travailler, de se déplacer, de vivre ensemble, de protéger l’environnement en partant des propositions concrètes des étudiants ?

Lors de son discours de bienvenue, le président Angélo Frebault a encouragé les étudiants à s’exprimer en toute franchise : « Le monde entier s’est donné rendez-vous à Paris à partir du 30 novembre pour la COP21. Il est primordial que la jeunesse fasse entendre sa voix car c’est elle qui devra assumer le devenir de notre planète. Or, la jeunesse de notre Fenua est particulièrement concernée par cette problématique.

Je tiens ici à saluer, Monsieur Winiki SAGE, membre du CESC qui est à l’initiative des Assises de l’environnement des étudiants polynésiens.

Cet après-midi, vous allez devoir plancher sur trois thématiques environnementales : Innover, Préserver, Anticiper. Je suis certain que vous allez nous surprendre par vos constats et vos idées. »

Une restitution pleine d’espoir

À 16 heures, les ambassadeurs des étudiants ont restitué leurs solutions pour lutter contre le changement climatique aux autorités présentes, notamment la ministre de l’éducation Nicole Sanquer, et sa collègue de la recherche Patrick Howell.

Lors de son allocution, la ministre de l’éducation a félicité la prise de conscience et l’engagement des étudiants. Elle leur a assuré de répandre leur message à Paris et envisage d’associer les étudiants aux différents comités de réflexion mis en place par le Pays, comme le Plan Climat Énergie par exemple. La ministre s’est rendue compte que les jeunes ne connaissent pas bien les campagnes de communication lancées par le gouvernement en matière de préservation de l’environnement. Des réglages devront certainement intervenir au niveau des canaux de communication à utiliser et de la teneur des messages délivrés.

Trente-six étudiants polynésiens s’envolent pour participer à Paris à la Conférence de la Jeunesse (Conference of Youth /COY 2015). Ils porteront les recommandations adoptées lors de ces Assises.

Le 2 décembre prochain à Paris, le CESC organise au Pavillon de la France en zone bleue une conférence intitulée « La reconnaissance des Petits États Insulaires du Pacifique et la perte d’intégrité de la zone maritime : un enjeu crucial pour leur avenir ». Organisé avec le partenariat du Conseil économique, social et environnemental (CESE), cet événement sera placé sous le thème des îles. Pour faire entendre la voix de la Polynésie française, le président du CESC Angélo Frebault a convié le président Edouard Fritch à s’associer à cet événement pour exposer devant les chefs d’États les préoccupations du Pays qui sont celles de tous les Petits États Insulaires du Pacifique.

Compte-rendu: CESC

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close