La couverture sociale des étudiants polynésiens en question

La déléguée de la Polynésie française à Paris, Caroline Tang a reçu, mercredi, Annie Coutarel, directrice générale de la Société Mutualiste des Etudiants de la Région Parisienne (SMEREP) et Sarah Teriitaumihau, vice-présidente de la Fédération des associations d’étudiants de Polynésie française.

Objectif recherché: aplanir les difficultés que rencontrent nombre d’étudiants polynésiens pour leur couverture sociale lorsqu’ils arrivent en métropole. Quand un mois suffit à un métropolitain pour obtenir sa carte vitale, les jeunes Polynésiens mettent parfois trois à cinq ans pour la détenir.

« Désormais, quand un étudiant connaîtra une difficulté relative à son assurance maladie, il pourra se tourner vers la Délégation de la Polynésie française qui l’épaulera et l’accompagnera dans ses recherches jusqu’au règlement de son problème », s’est réjouie Caroline Tang au terme de son entretien avec la directrice générale de la SMEREP. Celle-ci s’est en effet engagée à mettre la Délégation de la Polynésie française en lien avec deux de ses cadres spécialisés dans l’affiliation, l’immatriculation et le remboursement des étudiants au sein de la mutuelle qu’elle dirige.

Tout étudiant a l’obligation de procéder à son inscription à la sécurité sociale étudiante. Ce choix s’opère traditionnellement au moment de l’inscription en université ou dans les grandes écoles. Normalement l’inscription par internet ne pose pas de problème mais il arrive fréquemment que les dossiers des Polynésiens soient considérés comme incomplets au prétexte notamment que l’acte de naissance ne comporte pas de numéro Insee.

Une réunion avec La Mutuelle des Etudiants

La SMEREP est aussi dénommée « centre 617  de sécurité sociale étudiante ». Depuis plus de quarante ans, elle gère la santé des étudiants en qualité de délégataire de l’Assurance Maladie. Au terme d’un récent audit de la Caisse de Prévoyance Maladie (CPAM), elle s’est vue attribuer la note de 9,4 sur 10 pour la qualité de ses services. En l’absence d’interlocuteurs, et face à une administration qui, de par ses procédures, ne favorise pas une relation directe, l’étudiant désorienté se décourage.

Les nouvelles relations entre la Délégation de la Polynésie française et les délégataires de l’Assurance Maladie devraient résoudre ces cas difficiles.

L’idéal serait que l’affiliation et l’immatriculation se fassent dès le mois de juillet. Ce qui paraît possible, selon Annie Coutarel. Dans l’instant, la directrice générale de la Société Mutualiste des Etudiants de la Région Parisienne a demandé à Caroline Tang de lui transmettre quelques dossiers qui n’ont pas encore abouti afin de comprendre quels peuvent être les blocages et tenter de les lever au plus vite.

Après la SMEREP qui a 54% des parts du marché de l’assurance étudiante, Caroline Tang va se tourner vers La Mutuelle Des Etudiants (LMDE) de manière à trouver des solutions tout aussi efficientes aux problèmes récurrents des étudiants de Polynésie française.

Communiqué du gouvernement

 

Télécharger l'article en PDF

Une pensée sur “La couverture sociale des étudiants polynésiens en question

  • 16 avril 2016 à 1 h 59 min
    Permalink

    « Quand un mois suffit à un métropolitain pour obtenir sa carte vitale, les jeunes Polynésiens mettent parfois trois à cinq ans pour la détenir. »
    Eh oui, et pour les autres colonisés français de « la Polynésie française » crève-la-faim proscrits du DROIT au RSA… c’est à perpétuité qu’ils sont cons-damés à être privés de ces quelque 60 000 francs des colonies françaises du Pacifique mensuels sans qu’une Caroline TANG ou autre(s) ne s’en émeuvent hohohohoho rollstahiti@gmail.com

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close