La délégation présidentielle de passage, rue Oudinot

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, entouré des nouveaux sénateurs, Lana Tetuanui et Nuihau Laurey, des députés, Maina Sage et Jean-Paul Tuaiva, et du président du Syndicat de promotion des communes (SPCPF), Cyril Tetuanui, a été reçu mercredi en fin d’après-midi, rue Oudinot, par la ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin.

« Nous avons trouvé une ministre très sensible aux problèmes polynésiens, et cela nous donne naturellement beaucoup d’espoirs », s’est réjoui Edouard Fritch au terme d’une réunion d’une heure et demie, lors de laquelle a notamment été abordé, de manière sereine, le projet de loi de modernisation du droit outre-mer auquel a été intégrée la question des communes associées.

« La ministre a effectué récemment un déplacement en Polynésie française. Elle est donc beaucoup plus sensible aux problèmes de la collectivité et a pu, en particulier, se rendre compte que la problématique des communes associées est cruciale sur notre territoire », a indiqué le président du Pays.

Prendre plus de temps sur le sujet des communes associées

« Nous avons saisi l’occasion pour avancer sur ce sujet qui pose problème. Si nous pouvons trouver un autre véhicule législatif plus tard, notamment lorsque nous travaillerons sur la loi organique, nous n’y voyons pas d’inconvénient. Il serait préférable de prendre un peu plus de temps pour réfléchir aux évolutions à apporter », a pour sa part estimé George Pau-Langevin, qui de manière plus globale, a réaffirmé la volonté du ministère des Outre-mer et de l’ensemble du gouvernement, de travailler en toute transparence avec la Polynésie française.

Les parlementaires polynésiens parleront d’une même voix à Paris

La réunion a également permis de faire un point sur plusieurs dossiers intéressant les communes, dont le Contrat de redynamisation des sites de défense (CRSD). « Avec nos collègues députés, nous allons gérer ces sujets de manière cohérente entre l’assemblée nationale et le sénat », a souligné le sénateur, Nuihau Laurey.

« Les sénateurs et les députés polynésiens parleront d’une même voix à Paris et seront les interlocuteurs privilégiés de la Polynésie française », a insisté Edouard Fritch.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close