La délégation sénatoriale en quête d’éclairage à Tarahoi

Le président de l’Assemblée Marcel Tuihani a reçu la délégation sénatoriale conduite par Madame Catherine Troendle, sénatrice du Haut-Rhin, vice-présidente de la Commission des lois constitutionnelles et maire de Ranspach, Monsieur Mathieu Darnaud, sénateur de l’Ardèche et Monsieur Philippe Kaltenbach, sénateur des Hauts-de-Seine.

Ils sont accompagnés de Monsieur Jérémy Roubin, administrateur et de la sénatrice Lana Tetuanui, par ailleurs 1ère vice-présidente de l’Assemblée de la Polynésie française. Le président Tuihani a été rejoint pour un entretien élargi par des représentants membres du bureau, la 2e vice-présidente Vaiata Friedmann, Dylma Aro, Victor Maamaatuaiahutapu et Armelle Merceron.

La délégation est principalement venue échanger, écouter et faire un constat, notamment sur les modifications statutaires, ainsi que l’application du CGCT. Dès son élection au Sénat, Lana Tetuanui avait demandé au président Gérard Larcher de venir constater les difficultés pour les communes d’appliquer les exigences du code général des collectivités territoriales. La délégation souhaite partir de Polynésie française avec un éclairage et des propositions concrètes, a indiqué le sénateur Mathieu Darnaud. Le rapport d’information sera présenté à la Commission des Lois du Sénat lors de la session de juillet prochain, a encore précisé la sénatrice Catherine Troendle.

Les parlementaires ont aussi souhaité mieux connaître le fonctionnement de l’institution et se sont interrogés sur les initiatives venant des élus. Le président de l’Assemblée a indiqué que le droit d’initiative existait mais qu’il était encore assez peu utilisé, la grande majorité des textes présentés à l’Assemblée proviennent du gouvernement. Le président a évoqué la réorganisation en cours et la création de la commission d’évaluation des politiques publiques, dont la création a été adoptée à la fin de l’année dernière. Ces réformes devraient dégager des moyens pour permettre aux élus de mieux accompagner leurs initiatives. Il a souligné l’excellence des partenariats noués avec l’Assemblée nationale et le Sénat.

Au-delà des questions institutionnelles, les sénateurs ont aussi abordé les problématiques du désenclavement, de la continuité territoriale et numérique, de l’éducation à distance et de la télémédecine.

Vito Maamaatuaiahutapu a souligné le problème que rencontrent les enfants des îles obligés de quitter le foyer très tôt pour se rendre au collège et au lycée. Cette rupture avec le foyer familial, très jeune, à un âge où l’enfant se construit encore est vécu comme une déchirure source de déséquilibre et parfois d’échec scolaire et social.

Armelle Merceron a rappelé que toutes ces questions sont cruciales pour le développement et l’équilibre du pays, ce qui pose à ses yeux le problème de la continuité territoriale, soulignant que la loi sur l’égalité réelle Outre-mer qui vient d’être publiée au Journal officiel est la bienvenue.

Marcel Tuihani a aussi évoqué les problèmes des évasans et de leurs coûts, le transport des personnes, celui de la sécurité en mer, du contrôle des activités de la pêche et de la ZEE.

Les sénateurs ont souligné l’importance de cette mission, car il n’y a que 21 sénateurs ultramarins sur les 348 que compte le Sénat et il est important que les sénateurs hexagonaux soient pleinement sensibilisés aux problématiques de l’Outre-mer.

Communiqué de l’APF

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close