La France et l’Etat Islamique, deux ennemis qui se déclarent la guerre mais n’ont ni l’un ni l’autre les moyens de la mener (et ça n’est pas à cause de ce que nous faisons en Syrie qu’ils nous détestent)

Faute d’une intervention au sol, la coalition internationale devra se reporter sur des alliés locaux pour vaincre l’EI… Par ailleurs, l’organisation terroriste a probablement surestimé la fascination qu’elle pouvait exercer au sein des minorités musulmanes d’Europe.

Atlantico : Suite aux attentats de Londres de 2005, vous publiiez une tribune dans le New York Times intitulée « Pourquoi nous haïssent-ils ? Pas à cause de l’Irak« . 10 ans après, suite aux attentats de Paris, votre diagnostic selon lequel la radicalisation serait le fait de jeunes musulmans  « occidentalisés » plutôt que les conflits du moyen orient est-il toujours valide ? Quelles sont les évolutions de ces 10 dernières années ?

Olivier Roy : L’analyse est toujours valable. Les attentats ne sont pas le fait de militants venus du Moyen-Orient pour « venger » leur pays de l’intervention occidentale. Les terroristes sont nés, éduqués et radicalisés en Occident, ce sont eux qui ont choisi le jihad global. Pour eux Al Qaeda ou Daesh c’est pareil, il s’agit d’une organisation internationale combattant à l’échelle mondiale. Daesh n’a d’ailleurs rien à voir avec un mouvement de libération national (comme l’OLP ou même le Hamas), son projet c’est un califat en permanente expansion.

Ce qui est nouveau c’est que Daesh, contrairement à Al Qaeda, a décidé de donner une base territoriale au Jihad, mais le contexte moyen-oriental n’intéresse pas les jeunes volontaires jihadistes : ils ne se mêlent pas à la population, n’apprennent pas l’arabe local et ne travaillent pas à la construction d’uneSyrie ou d’un Irak islamique. Ils se battent pour la conquête du monde. Ils sont dans l’Islam mondialisé, pas dans la construction de l’islamisme dans un seul pays.

Ces dix dernières années ont vu le sommet et la chute d’Al Qaeda, remplacé par Daesh, mais les (…)lire la suite sur Atlantico

Lire la suite : La France et l’Etat Islamique, deux ennemis qui se déclarent la guerre mais n’ont ni l’un ni l’autre les moyens de la mener (et ça n’est pas à cause de ce que nous faisons en Syrie qu’ils nous détestent)
Source: Yahoo Actualités

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close