La ministre de l’Education reçoit les Palmes académiques

La ministre de l’Education et de l’enseignement supérieur, Nicole Sanquer-Fareata, a reçu, vendredi matin, à l’hôtel Manava, à Punaauia, les Palmes académiques, du vice-recteur de la Polynésie française, Pascal Charvet.

Lors de la même cérémonie, onze autres personnes ont également reçu les Palmes académiques, récompensant ainsi leurs services rendus à l’éducation nationale. Créée en 1808, par Napoléon 1er, afin d’honorer les membres remarquables du secteur de l’éducation, l’ordre des Palmes académiques est la plus ancienne des distinctions décernées à titre civil.

La ministre Nicole Sanquer-Fareata s’est dite honorée et ravie de recevoir cette distinction qui vient couronner un brillant parcours. Son père, Nicolas Sanquer, a embrassé pendant de nombreuses années la carrière d’instituteur avant d’être ministre de l’Education de 1991 à 2004. Elle a pour sa part réussi le Baccalauréat série A1 à Tahiti, puis poursuivi ses études à l’Université du Pacifique où elle a décroché, en 1992, un DEUG d’Histoire-géographie avec mention.

Elle a ensuite rejoint la célèbre école des Arts culinaires à Ecully, présidée par le célèbre chef Paul Bocuse. Diplômée de cette école en 1995, elle a obtenu un Master en Management Hôtelier International à l’ESSEC à Cergy en collaboration avec l’université de Cornell à New York en 1997.

De retour à Tahiti, elle a exercé, de 1997 à 1998, au lycée hôtelier de Tahiti en qualité de maître auxiliaire en hôtellerie restauration. Chef du service du protocole à la Présidence de la Polynésie française, de 1998 à 2000, elle sera par la suite nommée chef du service des activités et des aménagements touristiques de 2000 à 2001.

Elle a décidé de réintégrer le lycée hôtelier de Tahiti à compter de la rentrée d’août 2001 où, en sa qualité d’assistante au chef des travaux, elle a participé à l’ouverture du nouveau lycée hôtelier en 2003 à Outumaoro.

Seconde de liste du Tahoeraa huiraatira lors des élections territoriales de mai 2013, elle a été élue représentante à l’Assemblée de la Polynésie française, avant d’être nommée, en septembre dernier, ministre de l’Education et de l’enseignement supérieur, de la promotion des langues, de la culture et de la communication dans le gouvernement d’Edouard Fritch.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close