La pêche en devenir dans les relations franco-néo-zélandaises ?

 

Le président Edouard Fritch, accompagné du vice-président, Teva Rohfritsch, a reçu, mercredi matin, l’ambassadeur de la Nouvelle-Zélande pour le développement du Pacifique, Te Matua Shane Jones, à l’occasion de sa première visite officielle en Polynésie française, du 1er au 3 mars.

L’entretien s’est déroulé dans une atmosphère conviviale, le président Fritch ayant rencontré à de nombreuses reprises l’Ambassadeur Jones à l’occasion de ses déplacements dans la région. Le président a remercié la Nouvelle-Zélande pour son soutien à l’admission de la Polynésie française au statut de membre à part entière du Forum des Iles du Pacifique, et a indiqué qu’il entend être un partenaire actif au sein de cette organisation régionale.

Plusieurs sujets d’intérêt régional ont été abordés, en particulier le projet de câble sous-marin devant relier la Polynésie française, les îles Cook, Niue et les Samoa. L’avancement du projet a été longuement discuté et les deux parties ont souligné l’importance de ce projet de dimension régionale regroupant quatre pays, avec le soutien de la Nouvelle-Zélande.

Fort de cette expérience, d’autres projets de coopération, relevant d’autres secteurs d’activité, pourraient voir le jour, notamment pour la pêche qui, selon l’ambassadeur Shane Jones, est une ressource économique importante qu’il souhaite voir développée entre la Nouvelle-Zélande et la Polynésie française. Une visite au port de pêche de Papeete est ainsi prévue, jeudi, pour visiter les infrastructures et surtout rencontrer les acteurs de ce secteur.

L’Ambassadeur Jones a par ailleurs invité le président à visiter prochainement en Nouvelle-Zélande une ferme pilote en pisciculture spécialisée dans l’élevage de mérou et de thazard.

Pour cet entretien, l’ambassadeur était accompagné par le responsable régional de Trade New Zealand, Graeme Solloway, le consul général de Nouvelle-Zélande, basé en Nouvelle-Calédonie, Justin Fepuleai, la responsable des territoires francophones au sein du ministère des Affaires étrangères de Nouvelle-Zélande, Linda Te Puni, et l’assistante du consul général, Marie-Jo Saint-Pierre.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close