La perle noire reprend des couleurs

A l’image du chiffre d’affaires dégagé lors des deux premières journées de la vente aux enchères internationale du GIE POe O Rikitea, le joyau des îles polynésiennes regagne ses lettres de noblesse auprès des acheteurs.

La perliculture n’est pas encore sortie de la crise qu’elle connaît depuis une dizaine d’années, mais elle en prend résolument le chemin…

Les transactions, réalisées deux jours durant dans la plus grande discrétion, ont généré la bagatelle de 256 millions de Fcfp, correspondant à plus de 73% des lots proposées aux plus offrants. Un montant sensiblement plus élevé que celui escompté par les organisateurs.

En tête des pays acquéreurs, on trouve naturellement et sans surprise le Japon, la Chine mais également la Polynésie où les négociants tirent leur épingle du jeu. En tout, une cinquantaine d’acheteurs a fait le déplacement pour décrocher la meilleure affaire.

Mais cet attrait grandissant pour la perle de Tahiti est également profitable pour les « fermiers » des Tuamotu-Gambier puisque le prix (moyen) au gramme s’en trouve sensiblement amélioré, passant de 685 à 1135 Fcfp.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close