La privatisation d’Aéroport de Paris tourne au casse-tête

Étudiée par l’État, la privatisation d’ADP, le gestionnaire des aéroports parisiens, tourne au casse-tête pour l’Agence des participations de l’État (APE).

Sans même parler de la question de l’opportunité ou pas de privatiser des actifs stratégiques pour le pays qui promet de beaux débats au Parlement au moment où le processus législatif de la privatisation sera effectif, se pose celle de confier à un acteur privé l’exploitation éternelle d’un monopole de fait.

Un droit d’exploitation éternel est incompatible avec une privatisation

En effet, depuis la loi de 2005 relative aux aéroports, ADP dispose d’un droit exclusif pour l’exploitation des aéroports de Roissy, d’Orly et du Bourget sans limitation de durée. Si cette question de l’éternité de l’exploitation d’un actif en situation de monopole ne pose pas de problème quand l’État reste aux manettes du groupe, comme c’est le cas aujourd’hui avec les 50,6 % du capital qu’il détient, elle devient problématique quand l’actif en question est privatisée comme ce sera le cas demain si l’État vend tout ou partie d’ADP. D’autant plus qu’ADP est propriétaire de l’ensemble de son foncier.

Ce point a été souligné la semaine dernière par Xavier Huillard, le PDG du groupe Vinci, donné favori en cas de privatisation d’ADP.

Source: Yahoo actualités

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close