La réédition tant attendue est arrivée !

Ces trois volumes qui auraient dû n’en faire qu’un, pour la première fois réunis dans un coffret dans cette nouvelle édition, représentent en effet une somme de connaissances remarquable et inégalée sur l’art des îles Marquises.

« Les Marquisiens et leur art » est un ouvrage incontournable pour qui s’intéresse à la civilisation marquisienne et la Polynésie orientale. Résultat d’une étude détaillée des différentes formes d’expression artistique – alors menacées de disparition -, menée par Karl von den Steinen, médecin allemand dans l’archipel à la fin du XIXe siècle.

C’est un ouvrage de référence dès sa première parution en 1925. Son succès depuis près d’un siècle n’a jamais été démenti même si le lectorat francophone a dû attendre 2005 pour en bénéficier grâce à la traduction initiée par le musée de Tahiti et des îles.

Ces trois volumes représentent en effet une somme de connaissances remarquable et inégalée sur l’art du tatouage en Polynésie précédé de données historiques et ethnographiques (volume I), la culture matérielle et l’art du tiki (volume II) abondamment illustrés et complétés par « Les collections » (volume III) regroupant une partie de l’iconographie évoquée dans les deux volumes précédents. Une œuvre qui allie la rigueur méthodologique à la rencontre véritable de la population et participe ainsi à la sauvegarde d’un volet remarquable de l’histoire des civilisations.

Co-édition Au vent des îles et Le Musée de Tahiti et des îles.

Karl von den Steinen, jeune médecin allemand, embarqué dans les années 1879-1881 pour le Mexique, la Californie, le Japon, Java, les Indes et l’Egypte, écrira que « c’est pourtant des îles polynésiennes que j’ai ramené les impressions les plus fortes et les plus vivantes, celles où l’homme et la nature s’accordent dans la beauté et la joie comme nulle part ailleurs dans le monde. »
En 1897, le Musée de Berlin le charge d’une mission aux îles Marquises afin d’y combler une lacune importante dans le domaine ethnologique. Il y passa 6 mois, «passant d’une vallée à l’autre par les crêtes des montagnes, tous les villages des six îles habitées, j’y ai perdu vingt kilos… J’ai noté les paroles des chants et des généalogies qui remontent à la nuit des temps … Mon intérêt personnel me portait vers ces récits sacrés de la patrie d’origine, de la Polynésie centrale et d’autres îles éloignées. »
Quoiqu’il considère que nombre des trésors de l’ancienne culture ont déjà été enlevés, il va s’atteler à un inventaire ethnographique remarquable du patrimoine matériel marquisien, photographiant, dessinant, décrivant plus de 1000 pièces. Ses travaux ont été publiés en 1925 à Berlin : Die Marquesaner und ihre Kunst : Studien über die Entwicklung primitiver Südseeornamentik nach eigenem Reiseergebnissen und dem Material der Museum » 3 vol., Berlin : D. Reimer (E. Vohsen).

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close