La « reine de la Soul » s’est éteinte à l’âge de 76 ans

La légende américaine de la Soul Aretha Franklin, interprète d’immenses succès et combattante inlassable des causes du féminisme et des droits civiques, est décédée jeudi à 76 ans, suscitant un torrent d’hommages.

La famille de l’artiste a indiqué qu’elle s’était éteinte à son domicile de Détroit (Michigan) des suites d’un cancer du pancréas.

Après avoir annoncé que 2017 marquerait la fin de sa carrière scénique, elle avait programmé plusieurs concerts début 2018, qu’elle avait dû annuler du fait d’une santé trop fragile.

En plus de soixante ans de carrière, Aretha Franklin aura incarné la vague soul qui a transformé la musique moderne et inspiré des générations d’artistes.

« Nous avons perdu la matriarche et le roc de notre famille », ont témoigné les proches de la légende de la chanson américaine dans un texte transmis par son agente de longue date, Gwendolyn Quinn.

La Reine de la Soul, à laquelle un cancer avait été diagnostiqué en 2010, recevait depuis plus d’une semaine des soins palliatifs à son domicile de Détroit.

« Elle était sans pareil » 

Le président Donald Trump a salué sur Twitter « une femme exceptionnelle qui a bénéficié d’un merveilleux bienfait de Dieu, sa voix ».

« Durant plus de six décennies, chaque fois qu’elle chantait, nous avions tous droit à une lueur divine », ont dit, dans une déclaration écrite, l’ancien président Barack Obama, et son épouse Michèle. Aretha Franklin avait chanté lors de la cérémonie d’investiture du premier président noir de l’histoire des Etats-Unis, en 2009.

« Je suis assise et prie pour l’âme d’or merveilleuse Aretha Franklin », a tweeté Diana Ross, au sujet de celle qui incarne, comme elle, l’âge d’or de la soul des années 1960.

Fille de pasteur, Aretha Franklin a fait ses gammes dès 9 ans en chantant du gospel à la New Bethel Baptist Church, où officiait son père, connu également pour ses engagements en faveur des droits civiques.

« Je ne voulais vraiment pas chanter au début, mais mon père a insisté », expliquait-elle en 1990 dans un entretien à l’émission « 60 Minutes ».

Source: Yahoo actualités

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close