La Route du Sud en deux phases pour un budget estimé à 60 milliards de Fcfp

En réponse à une question orale du représentant (RMA) Antonio Pérez sur le projet de la Route du Sud, devant relier la Punaruu à Taravao, le ministre de l’Equipement, Albert Solia, a bien voulu apporter les éléments d’information suivants.

Ce matin, à l’assemblée de la Polynésie française, Albert Solia a d’abord rappelé que « le projet de liaison routière Papeete – Taravao, fut initié à l’origine en 2000, et l’Epic TNAD (alors EGT – Etablissement des grands travaux) fut chargé d’en étudier la faisabilité et la définition de son tracé en 2002 ».

Le tracé envisagé devait alors se faire de la manière suivante:

  • 45 km d’infrastructures neuves entre le PK 14,3 (la Punaruu) et PK 61 (Taravao), dont 10,7 km de route de 2×2 voies, 33,6 km de 2×1 voies, et 3,2 km de re-calibrage de la route actuelle. L’aménagement comporte 3 ouvrages exceptionnels (2 tunnels, 1 viaduc), 140 ouvrages d’art courants, et 16 points d’échanges (dont 4 dénivelés) ;
  • 50 km de requalification de la route de ceinture entre les PK 10,5 et 61, dont 13,2 km en milieu urbain. L’aménagement comporte deux voies de 3m, des bandes cyclables, des trottoirs, du stationnement, des arrêts de trucks, des aménagements de sécurité ;
  • 4,6 km d’aménagement de barreaux de liaison entre le nouvel itinéraire et la route de ceinture.

Mais à l’époque, ce projet « n’avait pas reçu l’adhésion d’une partie de l’opinion publique, tout au moins sur son tracé entre Punaauia et Paea, un tronçon dénommé alors Te Ara Nui. Cela en raison sûrement d’un manque de communication et d’un projet avec un impact sur le foncier bâti trop important », a souligné le ministre.

Il n’empêche, dans la perspective du futur pôle bio marine de Faratea et surtout du futur complexe hôtelier du golf de Atimaono porté par le groupe Hainan Airlines, une liaison routière rapide et sécurisée s’impose. L’objectif du gouvernement est de pouvoir réaliser ce projet par phase.

La première phase sera située sur l’emprise des communes de Papara et Teva i Uta. Il s’agira dans un premier temps et en respectant les emprises foncières telles qu’inscrites par exemple au PGA de Papara, de créer des tronçons de route inter quartier, en fond de plaine côtière. Ces tronçons permettront immédiatement de mieux desservir les quartiers enclavés et au fur et à mesure de leurs créations, ils constitueront la futur Route du Sud.

L’objectif est que les études de ces tronçons de route, puissent être lancés dès 2017. Des inscriptions budgétaires seront faites dans ce sens, par l’utilisation du 3 IF. Nous pouvons escompter de pouvoir relier Papara à Taravao sous un délai de 5 à 7 ans, pour un budget global de l’ordre de 15 à 20 milliards.

Concernant la liaison Punaauia-Papara, là où la contrainte de relief est la plus importante, entraînant un coût au kilomètre plus important, la réflexion du Pays se porte vers le lancement d’un appel d’offre international pour la mise en place d’une concession routière, avec une durée d’exploitation de 30 à 50 ans. Cet appel d’offre pourrait être lancé sous un délai de 2 ans. Il s’agira alors de s’ inspirer de ce que la Nouvelle Calédonie a su faire pour la création de la SAV-EXPRESS.

Le budget estimé de ces travaux sont estimés à près de 60 milliards de francs, pour une durée de chantier de l’ordre de 5 à 6 ans.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close