La Vanille de Tahiti dans une démarche de qualité

Le conservatoire de vanilliers polynésiens de l’Etablissement Vanille de Tahiti, établissement sous tutelle du ministère du Développement des activités du secteur primaire, a été labellisé Centre de ressources biologiques (CRB) par le Groupement d’intérêt scientifique infrastructures en biologie santé et agronomie (GIS IBiSA).

 

Le GIS IBiSA compte parmi ses membres l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA), l’INCa (Institut National du Cancer), la CPU (Conférence des Présidents d’Université) et les deux directions du ministère de l’Enseignement Supérieur de la Recherche que sont la Direction générale de la recherche et de l’innovation (DGRI) et la Direction générale de l’enseignement supérieur (DGES).

Le GIS coordonne la politique nationale de labellisation et de soutien aux plates-formes et infrastructures en sciences du vivant. Dans cette optique, le GIS reprend la politique de labellisation et de soutien en personnel technique des plates-formes et pilote des appels à projets destinés à équiper ces plateformes ou à leur permettre de promouvoir la mise en œuvre de technologies nouvelles.

La politique Qualité du GIS IBiSA est d’aider, selon les besoins et en concertation avec les organismes de tutelle, les plateformes labellisées IBiSA à mettre en place une démarche de certification ISO 9001. Ainsi, l’établissement Vanille de Tahiti continuera sa démarche qualité, notamment, en partenariat avec le Centre de ressources biologiques Vatel qui gère une collection de l’ensemble des espèces du genre Vanilla, à l’île de la Réunion, et les autres CRB français.

L’établissement Vanille de Tahiti fait désormais partie du réseau INTER-TROP, réseau  des CRB végétales tropicales installés ces dernières années en France et Outre-mer par le Centre de recherche agronomique pour le développement (CIRAD), l’INRA et l’ Institut de recherche pour le développement (IRD).

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close