Lancement officiel de la campagne de collecte de fonds du Bleuet de France

Le Haut-Commissaire de la République en Polynésie française, Lionel Beffre, a participé mardi après-midi, au lancement de la campagne de collecte de fonds du Bleuet de France, parrainée par les forces armées en Polynésie française, représentées par l’Amiral du Comsup, et le comité Miss Tahiti, à la maison du combattant, à Vaininiore. Retrouvez l’allocution prononcée à cette occasion par Philippe Leydet, directeur ONAC-VG/PF.

Monsieur le Haut-commissaire, Amiral, Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs

Nous sommes réunis aujourd’hui pour lancer avec nos partenaires du monde associatif polynésien qui l’ont bien voulu, mais également avec les forces armées de Polynésie française et le comité Miss Tahiti, la 11° campagne de collecte de dons pour le Bleuet de France, organisée sur le Fenua.
Je tiens à vous remercier pour votre engagement spontané et témoigner de votre soutien aux anciens combattants et à leurs familles ; eux qui ont su défendre la France et ses habitants mais aussi venir en aide aux peuples opprimés. Bleuts 3

Bleuets 2C’est une cause importante à laquelle vous apportez votre soutient avec beaucoup de ferveur.
C’est la cinquième année consécutive que nous organisons cette opération. Elle est la résultante des efforts menés par le service dans le cadre de la mission solidarité de l’ONAC.

En effet, la mission de l’ONAC s’articule autour de trois axes d’action principaux : la Mémoire, la Reconnaissance – Réparation et la Solidarité (action sociale). Conséquence de la reconnaissance de l’Etat, l’action sociale est au cœur de la mission de proximité de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG).

Le code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre (CPMIVG) stipule en effet que l’ONACVG doit exercer l’action sociale nécessaire en faveur de ses ressortissants : les anciens combattants, les victimes de guerre et leurs ayant droits, les pensionnés militaires d’invalidité, les victimes civiles d’attentats. Cette mission, impulsée par la direction générale, est déconcentrée au niveau du service de Polynésie française, qui de par sa présence sur le terrain, est le mieux à même de connaître la situation de chaque ressortissant pour agir rapidement.

Bleuets 1

La solidarité à l’ONACVG, grâce à un budget national annuel de près de 20,38 millions en 2013, s’exprime à travers différents types d’actions :
– une assistance administrative pour un suivi personnalisé de chaque ressortissant ;
– l’établissement de la carte de veuve de guerre, d’anciens combattants ou bénéficiaires du code (CPMIVG) ;
– la mise en œuvre du statut de pupille de la Nation ;
– des interventions financières variées (secours, aides).

Ainsi depuis 2009, le budget du service de Polynésie n’a cessé de progresser, passant de 477 327 FCP (4 000 euros) en janvier 2009 à 3 374 891 FCP (28 282 euros) fin 2014. Depuis cinq ans ce ne sont pas
moins de 411 ressortissants qui ont pu bénéficier de l’aide sociale de l’ONAC, dont 56 à ce jour en  2014.
La priorité de nos aides va aux Pupilles de la Nation. Le service de Polynésie française gère 3 des 313  Pupilles suivis par l’ONAC dans 64 départements et collectivités d’outre-mer.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close