L’ancien président du MJS visé par des accusations d’agressions sexuelles

 

Malaise chez les socialistes. Après les révélations de Libération sur les accusations de harcèlement et d’agressions sexuelles visant Thierry Marchal-Beck, ancien président du MJS entre 2011 et 2013, le Parti socialiste réclame des « suites judiciaires ».

Les « témoignages qui accusent un ancien président du MJS d’harcèlements sexuels et d’agressions sexuelles à l’encontre de jeunes femmes, militantes du mouvement de jeunesse, sont d’une extrême gravité. Ils ne sauraient rester sans suites judiciaires adéquates », a fait savoir le PS dans un communiqué mardi soir.

Thierry Marchal-Beck, qui n’est plus membre du PS depuis deux ans, aurait agi entre 2010 et 2014, selon l’enquête de Libération.

Formation et exclusion

Au MJS, la secrétaire nationale en charge du droit des femmes, Rita Maalouf, évoque au micro de RMC « des accusations extrêmement graves, inadmissibles et intolérables. » Elle appelle à « répondre à ce signal d’alarme et à nous interroger collectivement sur nos comportements. »

L’actuel président des MJS, Benjamin Lucas, veut lui aussi « libérer la parole pour que jamais une agression ou un viol ne reste impuni ». Il met également l’accent sur la formation:

« Cette affaire implique que nous nous formions à déceler ce qui peut être un comportement inapproprié dans une soirée, ce qui peut être un geste déplacé, ce qui peut être les prémices des agressions sexuelles.  » (…)

Source: Yahoo Actualités

 

Télécharger l'article en PDF

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close