L’après-Moruroa: l’Etat joue la transparence par l’information

Le Haut-commissaire de la République, Lionel Beffre, présidera, mardi 26 mai 2015, de 8h à 10h, à la Résidence de Papeete, en présence du président du Pays, du président de l’Assemblée de la Polynésie française, du délégué à la sureté nucléaire (DSND), la première réunion de la Commission d’Information auprès des anciens sites d’expérimentations nucléaires du Pacifique.

Par arrêté du 4 mai 2015, le Ministre de la Défense, a créé, une Commission d’Information auprès des anciens sites d’expérimentations nucléaires du Pacifique qui se réunira pour la première fois. Elle a pour mission de renforcer l’information du public sur les conséquences, aux plans sanitaire et environnemental, des anciens sites du Centre d’Expérimentation du Pacifique.

La Commission est présidée par le Haut-commissaire de la République en Polynésie française et comprend vingt-sept membres répartis en six collèges : la Polynésie française ; les communes concernées ; les intérêts économiques et sociaux ; les associations agréées de protection de l’environnement ; les services de l’Etat (hors ministère de la défense) ; le ministère de la défense.

Cette première réunion sera consacrée aux résultats de la surveillance radiologique et géomécanique des atolls ainsi qu’à la rénovation du dispositif – dit TELSITE – qui assure la surveillance géomécanique de l’atoll de Moruroa. Bien que tardive, nul doute que cette initiative a pour but de couper l’herbe sous les pieds des détracteurs, tout en rassurant les populations avoisinantes. De là à convaincre, il ne faut pas rêver !

Toujours est-il que le chantier « TELSITE 2 », décidé en 2013 par le Ministère de la Défense, est désormais pleinement engagé, avec un début des travaux en juin 2015, et jusqu’à fin 2017, pour une mise en service en 2018.

Il s’agit d’une opération importante (plus de 12 milliards de FCFP) qui va mobiliser un effectif moyen de 100 à 120 personnes, en permanence, sur l’atoll de Moruroa.

Au plan radiologique, ces travaux sont situés dans des zones dites « non règlementées » c’est-à-dire sans contraintes, ni restrictions. Pour autant, sur chacun des chantiers sera mis en place un système de prélèvement des aérosols atmosphériques sur des filtres et de mesure de la radioactivité de ces filtres.

Enfin, TELSITE 2 constitue, dans le respect du code des marchés publics, une réelle opportunité pour le tissu économique polynésien. Ainsi, à ce jour, les neuf premiers marchés relatifs aux travaux d’infrastructures ont été attribués à des entreprises polynésiennes.

Ordre du jour de la Commission d’Information

  • Présentation de la Commission d’Information par le Haut-Commissaire de la République en Polynésie française

  • Adoption du règlement intérieur

  • Exposé par des représentants du Ministère de la défense sur la situation des anciens sites d’essais nucléaires :

    • Rappel des évaluations internationales intervenues de 1996 à 1998

    • Rappel des motifs du maintien d’une surveillance radiologique et géomécanique des sites

  • Point de situation sur le chantier de rénovation du système TELSITE

  • Présentation par l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire en Polynésie française du suivi réalisé sur l’environnement

 

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close