L’assemblée informée de l’avancement du dossier « Tahiti Mahana Beach »

Jeudi matin, le président de l’assemblée Marcel Tuihani a reçu la visite de cinq représentants des groupes ERNST & YOUNG – EGIS – HORWARTH venus durant une semaine à l’invitation du gouvernement pour effectuer une analyse économique du Tahiti Mahana Beach.

Le gouvernement de la Polynésie française a souhaité faire appel à ces spécialistes afin d’établir les prérequis et les bases économiques de ce grand projet, et analyser les offres architecturales afin d’élaborer un cahier des charges aussi précis et pertinent que possible. La délégation était conduite par Albert Solia, ministre de l’Equipement, accompagné de son directeur de cabinet Heifara Garbet et d’un représentant de TNAD.

actu_president_2015-03-26__16

Le président de l’assemblée a souhaité associer les présidents des groupes politiques de l’assemblée, Antony Géros pour l’UPLD, Teva Rohfritsch pour l’ATP. Teura Iriti pour le groupe Tahoera’a Huiraatira était empêchée. Etaient aussi présentes Loïs Salmon, la présidente de la Commission permanente, et Elise Vana’a, la présidente de la commission de l’économie des finances du budget et de la fonction publique. Les élus ont remercié le président de l’assemblée de les avoir associé à la rencontre. La mission actuellement présente a pour objet de cerner la partie économique du projet Tahiti Mahana Beach.

Antony Géros a estimé « qu’il était trop tôt pour que son groupe se positionner sur ce projet », tout en se réjouissant tout de même « qu’un début de structuration de la procédure » se mette en place pour ce qui reste le plus grand projet jamais lancé en Polynésie française.

Teva Rohfritsch, pour sa part, a regretté le manque d’information autour de ce projet, tout en soulignant à propos du calendrier, que, « si le délai est sans doute trop long pour les Polynésiens en attente d’emplois, il est sans doute trop court pour des investisseurs qui s’apprêtent à investir près de 250 milliards de FCFP ».

Marcel Tuihani, le président de l‘assemblée, se faisant l’écho de l’ensemble des élus, a remercié le gouvernement pour cette initiative et rappelé que « l’assemblée est désireuse d’être informée et de disposer du maximum d’éléments lui permettant de se faire une juste appréciation du projet et des choix qui seront retenus ».

La mission composée des groupes ERNST & YOUNG – EGIS – HORWARTH aura un mois pour rendre ses conclusions. Une autre mission est attendue dans un proche avenir. Elle concernera plus spécifiquement les aspects juridiques du projet, la volonté du gouvernement étant de construire un cadre sécurisé pour que ce chantier une fois lancé aboutisse sans encombres.

Le résultat de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) sera connu le mois prochain. Le ministre a annoncé que le contrat qui liera les parties, investisseurs et constructeurs, devrait être signé avant la fin de l’année. L’un des experts présents, Stéphane Durand de la société Horwath, a estimé que le projet pourrait être achevé d’ici 4 à 5 ans.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close