L’avocat de Salah Abdeslam demande de l’impartialité – Tahitinews

L’avocat de Salah Abdeslam demande de l’impartialité

« Jugez-le comme vous jugeriez Dupont! » Sven Mary, avocat de Salah Abdeslam, a demandé jeudi à la justice belge de rester impartiale avec son client et de se concentrer uniquement sur le dossier de la fusillade avec des policiers en mars 2016 pour lequel il est jugé à Bruxelles.

Présent le premier jour lundi, le seul membre encore en vie des commandos jihadistes du 13 novembre 2015 a ensuite refusé de comparaître. Malgré son absence, son avocat Sven Mary a maintenu sa plaidoirie jeudi, deuxième et dernier jour de procès, par « respect » pour la justice, et pour tenter de démonter l’accusation qui a réclamé 20 ans de prison.

« Ce dossier est pollué par tout ce que vous avez lu, vu, entendu (…) Je vous demande de juger Salah Abdeslam comme vous jugeriez Dupont », a-t-il lancé à la présidente du tribunal Marie-France Keutgen.

Une nouvelle audience se tiendra le 29 mars, mais sans Abdeslam ni son coprévenu Sofiane Ayari, pour débattre de la recevabilité d’une association de victimes du terrorisme comme partie civile, a précisé Mme Keutgen. Le jugement devrait ensuite être mis en délibéré.

Alors que Salah Abdeslam avait défié ses juges lundi, disant placer sa confiance seulement en « Allah », Sven Mary l’a dépeint en « stoïcien qui accepte le sort qui est le sien ». « Mais moi, ce sort, je peux l’impacter », a affirmé le pénaliste réputé pugnace.

Pour lui, son client n’est ni auteur ni « coauteur » –la thèse de l’accusation– des tirs d’armes automatiques essuyés par des policiers lors d’une perquisition le 15 mars 2016 dans la commune bruxelloise de Forest.

Une même peine de vingt ans de prison, avec treize ans de sûreté, soit le maximum pour les faits jugés, a été requise lundi par le parquet fédéral les deux prévenus.

Abdeslam, Français d’origine marocaine âgé de 28 ans, et Ayari, un Tunisien de 24 ans, doivent répondre de « tentative d’assassinat sur plusieurs policiers » et « port d’armes prohibées », le tout « dans un contexte terroriste », une qualification qu’ont vivement contestée jeudi les avocats de la défense.

S’ils s’étaient comportés comme des terroristes, a soutenu un conseil d’Ayari, Me Isa Gultaslar, ils seraient morts en martyrs « ce statut privilégié recherché par tous ». « Eux, ce qu’ils voulaient ce n’est justement pas mourir, mais fuir », a-t-il affirmé.

Source: Yahoo Actualités

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close