Le 11 novembre pour les nuls

L’armistice de 1918, signé le 11 novembre – il y a maintenant quatre vingt dix-sept ans – marque la fin des combats de la Première guerre mondiale (1914-1918), la victoire des Alliés dont la France et la défaite totale de l’ Allemagne. Voici les temps forts de ces moments douloureux pour l’Humanité.

Le cessez-le-feu est effectif à onze heures 3, entraînant dans l’ensemble du territoire hexagonal des volées de cloches et des sonneries de clairons annonçant la fin d’un conflit qui a fait plus de 8 millions de morts, d’invalides et de mutilés. Les généraux allemands et alliés se rencontrent dans un wagon-restaurant aménagé, dans la clairière de Rethondes , en forêt de Compiègne.

Ce jour-là, dans toute la France, les cloches sonnent à la volée.

Sur le front, les clairons bondissent sur les parapets et sonnent le « Cessez-le-Feu », « Levez-vous », « Au Drapeau ». Pour la première fois depuis quatre ans, Français et Allemands peuvent se regarder sans s’entretuer. Un armistice (arrêt des combats) a été conclu le matin même entre les Alliés et l’Allemagne, dernière des Puissances Centrales à rendre les armes.

Les survivants ont perdu la foi dans les valeurs morales et spirituelles qui ont fait la grandeur et l’unité de l’Europe. Mais ils veulent croire que cette guerre qui s’achève restera la dernière de l’Histoire, la « der des der »

Quelques mois plus tôt, dès l’échec de leur contre-offensive de juillet 1918, les Allemands ont compris qu’ils n’avaient plus aucun espoir d’arracher la victoire. C’est que les troupes américaines, avec ses quatre millions de combattants, arrivent en renfort.

Le 3 octobre, l’empereur Guillaume II nomme à la chancellerie le prince Max de Bade. Il espère que cet homme modéré saura obtenir des conditions de paix convenables de la part des Alliés. Cela devient urgent car l’Allemagne bascule dans l’anarchie et la guerre civile cependant que ses alliés cessent les combats et signent l’un après l’autre des armistices.

Le 9 novembre au matin, le prince Max de Bade téléphone à l’empereur, à Spa. « Votre abdication est devenue nécessaire pour sauver l’Allemagne de la guerre civile », lui dit-il. Guillaume II s’y résout et part en exil.

Après l’armistice commence un long travail pour retrouver les corps des poilus morts ou disparus. Si des comités d’accueil sont organisés pour les soldats qui rentrent au pays, en France comme en Allemagne, la période d’après-guerre est aussi celle du deuil. Des monuments aux morts sont érigés dans les communes, à la gloire des 1,3 million de poilus tombés au combat. Le défilé du 14 juillet 1919 s’ouvre avec la présence d’un millier d’invalides de guerre. La tombe du « soldat inconnu » est inaugurée le 11 novembre 1920.

Les séquelles de 14-18 se lisent sur les visages des gueules cassées et les membres meurtris des invalides, mais aussi dans la vie quotidienne des survivants. Le nombre de divorces triple entre 1915 et 1920, passant de 561 à 1 235 pour 10 000 mariages. Le syndrome de stress post-traumatique, terme qui naît pleinement avec ce conflit, hante la vie de nombreux hommes et de leur famille.

Après de longs mois de discussions, le traité de Versailles est signé le 28 juin 1919, dans la galerie des Glaces du château de Versailles. La guerre est officiellement terminée. L’Alsace et la Moselle, perdues en 1871, réintègrent la France. Le traité établit, dans l’article 231, la responsabilité morale de l’Allemagne et de ses alliés, jugés seuls responsables du conflit. D’où les réparations financières importantes : le montant à payer s’élève à 132 milliards de marks-or. Devant le refus allemand de payer, la France occupe la Ruhr à partir du 11 janvier 1923, preuve supplémentaire que la guerre tarde à s’effacer.

Avec Wikipédia

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close