Le Brexit considéré comme « une prison culturelle »

« Imaginez le Royaume-Uni sans musique », écrit Bob Geldof.

Dans une lettre ouverte à la Première ministre britannique Theresa May, le musicien irlandais exprime ses inquiétudes face aux conséquences du Brexit. Le texte a été publié dans The Observer, l’édition dominicale du Guardian, dimanche 7 octobre, et il est signé par plusieurs artistes de renommée internationale comme Ed Sheeran, Rita Ora, Sting, Damon Albarn, Jarvis Cocker ou encore Brian Eno.

Parmi ses signataires figurent également le chef d’orchestre Simon Rattle, le batteur de Queen Roger Taylor mais aussi le chanteur américain Paul Simon. « Le Brexit aura un impact sur tous les secteurs de l’industrie musicale. Qu’il s’agisse des tournées, des ventes, de la législation sur le droit d’auteur ou de la collecte de redevances », écrivent-ils.

« C’est complètement dingue »

« En fait, c’est déjà le cas », soulignent-ils. Après le référendum de 2016, « la chute de la livre sterling s’est traduite par une augmentation considérable des coûts d’équipement, de location de studio (…) sans oublier la baisse des revenus des ménages, qui signifie moins d’argent pour aller dans les clubs et acheter de la musique, des tee-shirts. »

« Nous avons décidé de nous enfermer dans une prison culturelle », disent-ils à propos du Brexit, prévu pour le 29 mars prochain. « C’est (…)

Lire la suite sur Franceinfo

Source: Yahoo actualités

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close