Le CESC se souvient du temps où la Polynésie était « sous la bombe »…

Après une séance plénière bien chargée, les membres du Conseil économique, social et culturel (CESC) ont été conviés lundi 27 juin à la cérémonie d’ouverture de l’exposition « La Polynésie française sous la bombe » que l’institution accueille en ses locaux pendant les deux semaines à venir.

Dans une démarche de mémoire, le CESC s’associe à l’ensemble des associations œuvrant pour la protection de l’environnement et contre les méfaits du nucléaire, qui célèbreront le 2 juillet prochain, l’anniversaire des cinquante ans du  premier tir nucléaire nommé Aldebaran, sur l’atoll de Moruroa en Polynésie française.

Au son des pahu (tambours) marquisiens, le président Winiki Sage a accueilli ses invités, notamment le ministre de la culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu. En revanche, le président Fritch et les autres membres du gouvernement ont été empêchés à la dernière minute.

Cette exposition s’inscrit dans une volonté d’informer les nouvelles générations d’enfants de Tahiti et des îles, ainsi que le grand public, de tout un pan de l’histoire de la Polynésie qui a véritablement bouleversé l’économie locale du Fenua (Pays) et généré un bouleversement social sans précédent.

Après la publication du rapport de la commission d’enquête de l’Assemblée de la Polynésie française (APF) en janvier 2006 sur le fait nucléaire, l’État a dû mettre en place le Conseil d’orientation sur le suivi des conséquences des essais nucléaires (COSCEN) qui a travaillé à la mise en œuvre des recommandations de l’APF.

Le Conseil économique, social et culturel s’est ensuite autosaisi du sujet et a publié en novembre 2006 son rapport intitulé « La reconnaissance par l’État des droits des victimes des essais nucléaires français et leurs impacts sur l’environnement, l’économie, le social et la santé publique en Polynésie française ». Ce rapport a été adopté à l’unanimité des conseillers du CESC.

A la fin de la cérémonie d’ouverture, le président Winiki Sage a convié la presse à une conférence en associant le ministre de la culture, Oscar Temaru, Roland Oldham, père Auguste, Jean-Marc Regnault, Bruno Barillot et la Miss Tahiti 2016 Vaea Ferrand.

Vendredi 1er juillet 2016, le CESC accueillera dans son hémicycle une conférence-débat publique.

A partir du communiqué du CESC

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close